Charlize Theron : sa carrière a été sauvée par un film d'horreur!


Encore un film, encore un anniversaire... Showgirls, le film de Paul Verhoeven, a vingt ans. Pourtant prometteur, ce film a en fait été directement qualifié de nullité affigeante. En gros, il est tellement raté qu'il est devenu culte dans son genre !

L'histoire : celle de Nomi une jeune femme qui rêve de devenir danseuse à Las Vegas avec beaucoup de scènes de nu et d'histoires... gnangnan.

Au générique de Showgirls, Elizabeth Berkley, la Jessie de « Sauvés par le gong » qui elle s'est considérée à l'époque comme sauvée par ce film « sulfureux » d'une carrière toute tracée dans des sitcoms d'ados...

© Production Showgirls


Mais la critique est passée par là et si on égratignait le film, on griffait carrément la prestation de l'actrice dont la carrière n'a pas décollé. Depuis, celle qui a aujourd'hui 43 ans a tourné quelques films sans envergure, a eu une présence récurrente dans "Les Experts : Miami" et fait une apparition dans "Danse avec les Stars"... Un palmarès bien maigre pour celle qui s'imaginait être la "nouvelle Meryl Streep".

© Reporters

Charlize sur les rangs

A l'époque, une autre actrice blonde avait passé les auditions pour ce rôle qu'elle voulait à tout prix : Charlize Theron. Belle, svelte, libérée à l'idée d'apparaître dans de nombreuses scènes de nu, elle avait été recalée parce que pas assez connue. En effet, en 1994, Charlize n'avait fait qu'une apparition dans « Les démons du maïs 3 », un film d'horreur ! Quand on vous dit que les légumes et céréales, c'est bon pour tout...

Le réalisateur néerlandais est revenu sur ce casting et s'il regrette le tour qu'a pris la carrière d'Elizabeth Berkley, il est heureux d'avoir « sauvé » celle de Charlize Theron ! "J'ai énormément de respect pour elle mais si elle avait eu le rôle, elle aurait probablement été maltraitée de la même façon qu'Elizabeth. Elle a eu beaucoup de chance de ne pas obtenir ce rôle. Je la félicite sinon, ces vingt dernières années auraient été terribles pour elle."

© Reporters