Dégaine de bad boy au corps tatoué et démons longtemps noyés dans l'alcool et les drogues, Chet Hanks tranche avec la bonhomie légendaire de son paternel. Relativement méconnu de par chez nous, le fils de 30 ans de l'acteur oscarisé est en train de s'y faire un nom à cause de ses récentes frasques.  

Spirale infernale  

De l'autre côté de l'Atlantique, la progéniture de Tom Hanks et de Rita Wilson fait en effet les choux gras depuis un petit moment. Tout d'abord, le jeune homme, rappeur à ses heures, s'est récemment attiré les foudres d'une partie de l'opinion publique en prédisant l'avènement d'un "White Boy Summer" ("été pour l'homme blanc", Ndlr) à travers un clip sorti ce 13 avril et une gamme de vêtements tout aussi controversée. Une posture qui lui a valu d'être accusé de véhiculer une imagerie raciste, voire un certain nationalisme blanc qui gagne les États-Unis depuis quelques années déjà. En 2020, l'acteur était également accusé d'appropriation culturelle en parlant avec l'accent jamaïcain sur le tapis rouge des Golden Globes.

De plus, Chet doit aussi faire face à une lourde plainte déposée au tribunal. Son ex Kiana Parker et son avocat dénoncent des  "violences mentales, physiques et psychologiques" et lui réclament désormais un million de dollars, rapporte Page Six . À 30 ans, Chet Hanks traîne déjà de lourdes casseroles qui risquent bien de faire de lui en pestiféré à Hollywood...