People

Après deux ans de succès, le chanteur a connu un burn-out vertigineux couplé à un sentiment d'imposture tenace qui a mis sa vie en danger.


"J’ai fait un pétage de plombs en mars 2017, raconte, au Parisien, le chanteur de 33 ans Claudio Capéo, submergé par sa notoriété fulgurante. Je me suis retrouvé à La Réunion pour jouer aux Francofolies. Je suis parti en larmes, j’ai fait un burn-out extrême."

Cette nuit-là, l’interprète d’Un homme debout a été envahi d’idées noires. "J’ai voulu me tuer, tout simplement. J’ai pété un gros boulon et je n’en ai jamais parlé. J’avais du succès depuis deux ans, et quand je me suis posé et que j’ai réfléchi à ma vie, cela m’a fait sombrer. Dans cet hôtel, j’avais une chambre de luxe avec un jacuzzi sur la plage et je me suis dit : ‘Tout ceci, ce n’est pas moi.’ Je me suis surtout dit que je ne méritais pas cela et que j’étais en train d’escroquer tout le monde. C’était très extrême. Je me demandais pourquoi je n’étais pas juste resté à ma place tranquillement dans ma petite vie. Je n’avais jamais connu cet état-là."

C'est le retour dans le cocon familial qui va le sauver : "Je n'ai jamais arrêté de travailler une semaine dans ma vie. Là, j'ai pris un mois de vacances avec ma femme et mon fils en camping au Costa Rica, avec le sac à dos et canif». Une pause nécessaire, qui l'a considérablement aidé à prendre du recul, comme les conseils prodigués par son amie Zaz.

De cette grave dépression, Claudio Capéo a appris que "parfois, il faut se péter la gueule pour repartir". "Cela m'a rendu plus fort, mais du coup j'ai un autre challenge: rester vrai et dire ce que j'ai à dire".

Avec sa femme lors des NRJ Music Awards 2018

© Reporters