Parce qu'elle a été bouleversée par la tuerie d'Orlando, la chanteuse Coeur de Pirate a décidé d'ouvrir son cœur et de parler de son orientation sexuelle. Pour que les choses changent.


L'effroyable drame qui a eu lieu dans la boîte gay le Pulse à Orlando a brisé des familles entières. Certaines, en plus d'avoir perdu l'un des leurs ont dû faire avec le secret qu'il ou elle avait voulu garder pour lui. Car de nos jours, parler de sa véritable sexualité est encore très délicat. Le harcèlement, l'incompréhension, la violence, le rejet sont encore des comportements qui détruisent...

C'est pour exprimer son bouleversement et poser un acte dans le sens de la cause LGBT que la chanteuse québécoise Cœur de Pirate a décidé de prendre la plume pour se livre sans détour. "En réponse aux nouvelles, les réseaux sociaux se sont remplis de hashtags comme #GaysBreakTheInternet et #QueersBreakTheInternet, dans le but de dévoiler son homosexualité en soutien. J'ai pensé que c'était merveilleux : pourquoi cacher son identité ? Dans un monde où, dans certains pays, être gay est passible de mort, c'est important de prendre position. Internet est un bel endroit parfois. C'est à ce moment que j'ai commencé à me sentir hypocrite."

Dans une carte blanche publiée sur le site Noisey, Cœur de Pirate a voulu faire son coming out et se définit comme queer, c'est-à-dire refusant de rentrer dans une norme sexuelle : les queers s'affirment ni gay, ni lesbienne, ni bi, ni trans ou hétérosexuel...

Certains ont dû apprendre la véri­table sexua­lité de leurs proches en même temps que leur mort, écrit Béatrice Martin (son vrai nom). Suite à quoi, je me suis sentie fran­che­ment hypo­crite. Les premiers senti­ments que j'ai ressen­tis étaient pour une fille que je connais­sais. Je ne le compre­nais pas encore à l'âge de 6 ou 7 ans, mais les parents de cette fille ont appelé les miens pour dire que je dépas­sais les bornes. Je l'aimais vrai­ment, vrai­ment beau­coup.”

La jeune femme exprime à quel point il est tentant de se cacher pour ne pas endurer les réactions des autres... la pression sociale est énorme : “Mon premier coup de cœur était pour une fille et dès qu'elle l'a su, elle s'est mise à m'igno­rer. Ça a de quoi trau­ma­ti­ser tout le monde. J'ai amère­ment constaté qu'aimer quelqu'un du même sexe n'est pas accepté partout. J'ai décidé d'être hétéro parce que j'avais peur d'être reje­tée. Après des années et des années à me sentir mal à l'aise, que ce soit en couple ou au lit, je me suis instal­lée pour de bon, j'ai mis de côté tous mes senti­ments et j'ai fait un enfant en pensant que tout allait bien se passer”.

Elle s'est mariée avec le tatoueur Alex Peyrat en 2012 et a une petite fille de 4 ans, Romy. Une petite fille à qui elle pense très fort dans sa lettre: “Je fais mon coming out aujourd'hui parce que je ne peux plus vivre dans la crainte de ce que les gens vont penser de moi. Je fais mon coming out pour ma fille qui a besoin d'apprendre que l'amour n'a ni race, ni reli­gion, ni genre, ni orien­ta­tion. A tout ceux qui sont terri­fiés : j'ai trouvé le récon­fort dans ma diffé­rence”.