Six mois. C'est la période durant laquelle le prince William a réussi à garder secrète son infection au coronavirus. La presse britannique vient seulement de découvrir le pot aux roses : le Duc, 38 ans, a contracté le virus en avril, quelques jours seulement après le prince Charles. "William a été très durement touché par le virus - il l'a vraiment mis KO pendant six jours. À un moment donné, il avait des difficultés à respirer, donc évidemment tout le monde autour de lui était assez paniqué", a confié une source proche de la famille royale auprès du Sun.

"Problème de confiance"

Selon le Guardian, relayé par Le Point, l'époux de Kate Middleton aurait tenu l'information secrète "pour ne pas susciter l'inquiétude alors que le pays était en état d'alerte". Malheureusement pour lui, et pour Buckingham Palace, ce mensonge par omission suscite désormais l'indignation des Britanniques. "Alors que William et ses équipes ont pu prendre cette décision de bonne foi, on peut se demander s'il était bien sage de cacher une information si importante au public - qui préfère bien souvent que les figures publiques soient honnêtes et sincères", a commenté le journaliste royal Chris Stip sur ITV. 

L'auteur Robert Jobson, qui a consacré des biographies à Diana mais aussi aux Cambridge, s'est montré bien plus virulent. "La décision du prince William de MENTIR à propos du fait d'avoir contracté la Covid-19 plus tôt est consternante", a-t-il tweeté, estimant qu'il y a désormais un "problème de confiance" avec le Palais royal, car ce dernier a longtemps démenti toute information en ce sens. "Étouffer l'affaire a des conséquences plus néfastes que l'acte original", résume-t-on au Canada, membre du Commonwealth. 

Alors que le prince William et Kate Middleton s'étaient montrés exemplaires durant le confinement, cette nouvelle a de quoi écorner leur image alors que le Royaume-Uni entame lui aussi son deuxième lockdown.