People

Deux photographes fouillent les détritus des people depuis des années. Le fruit de leur travail est exposé à Paris

PARIS Bruno Mouron et Pascal Rostain, anciens photographes du magazine Paris-Match, font aujourd'hui l'événement, à Paris, avec l'exposition Trash, visible jusqu'au 3 juin à la Maison européenne de la photographie. Au programme : des photos des... poubelles des stars ! Vous avez bien lu... Les deux Français ont commencé d'abord par s'intéresser aux détritus de leurs célèbres compatriotes (Brigitte Bardot, Bernard Tapie, Yannick Noah, Gérard Depardieu) avant de mettre le cap sur Hollywood.

L'idée de faire ces clichés particuliers est née fin des années 80, "après la lecture d'un article du Monde évoquant l'expérience d'un professeur de sociologie", raconte Bruno Mouron. Pour étudier la société de consommation, ce professeur faisait collecter à ses élèves des contenus de poubelles. Mouron et Rostain ont décidé de faire de mêmes avec les stars." Ce sont de véritables portraits", affirme Mouron. " Le meilleur portrait que j'aie jamais fait de Jack Nicholson, c'est celui de sa poubelle".

Ces clichés ont été largement publiés dans la presse internationale des années 90 et se retrouvent désormais sous verre à la Maison de la photographie à Paris. Les deux compères évitent d'exposer tout objet lié à ce qui est médical et sexuel. "Le principe n'était pas de dénoncer".

Et on en apprend quelques bonnes sur les people. Mais certaines idées reçues sont aussi vérifiées. Ainsi, on constate par exemple que Jack Nicholson adore le champagne : sa poubelle regorge de cadavres de bouteilles, tandis que Madonna, elle, en grande sportive qu'elle est, boit de l'eau, principalement de marques Evian et Volvic. Plus intéressant... Dans la poubelle de Tom Cruise, les deux photographes sont tombés sur une liste dactylographiée, longue de plus de cent articles, que l'acteur réclame absolument dans sa loge lorsqu'il est en déplacement. Cela va de la bouteille de lait d'une telle marque à la paire de chaussettes bien précise.

En 2004, les deux paparazzi tombaient sur un ticket de caisse montrant que Charlize Theron, l'héroïne oscarisée de Monster, avait dépensé par moins de 3.450 dollars lors de sa dernière descente chez Gucci. John Travolta, la même année, profitant allégrement de son statut de star, avait fait venir à Los Angeles, par le service de messagerie Fed Ex, une pizza... de Chicago ! Quand on aime, on ne compte pas ! Dans la poubelle de Mel Gibson, on trouvait fin 90, beaucoup de jouets d'enfants ainsi que des interrogations cotées.

Aujourd'hui, les deux photographes ont étendu leurs recherches. S'ils s'intéressent encore au people (ils cherchaient ainsi il y a peu les détritus de Polnareff à Limoges), ils se penchent depuis deux ans sur des inconnus, avec l'intention d'étudier les poubelles d'une famille moyenne de 42 pays. Ils n'ont pas fini de faire parler d'eux...



© La Dernière Heure 2007