C’est un David Hallyday des plus décontractés qui était de passage à Bruxelles vendredi malgré un planning promo digne du plus redoutable des marathons. 

Sourire aux lèvres, il ne cache pas qu’il vient souvent dans notre capitale pour des potes belges. Mais pas que. C’est qu’il a un peu de sang belge aussi. “Je le sais quand je viens ici. Et même quand je ne viens pas, ajoute-t-il. Pas besoin de me le rappeler, je connais mon histoire familiale qui est importante.”

Une Belgique synonyme de potes mais aussi de petits plaisirs, notamment gastronomiques. Et le bougre s’y connaît. Ne l’emmenez pas n’importe où manger ces croquettes de crevettes qu’il adore, seule une adresse compte, celle où son père Johnny les dégustait avant lui (et que nous tenons secrète). “Et puis, il y a les boulets de Liège, s’exclame-t-il. Ce qui est génial avec ce plat, c’est que ça fait entrée-plat-dessert. Tu n’as pas besoin de manger autre chose, tout y est. C’est le seul plat au monde qui est comme ça.”

Côté famille, le chanteur n’est pas peu fier de confier que tout va bien pour ses enfants. “Les filles (Ilona est mannequin et Emma réalisatrice et comédienne, notamment dans Demain nous appartient) gagnent leur vie en faisant des choses qu’elles aiment. C’est un luxe formidable. Le petit (Cameron, NdlR) est encore à l’école. Il est aussi très cinéphile, il aime réaliser des vidéos et des clips et il prend des cours de batterie et de piano. Il chante aussi super bien.” Des cours de batterie alors que son père est batteur ? “C’est terrible, je n’ai pas la patience, confesse David Hallyday. Si demain, il me dit qu’il veut être pâtissier ou grand chef, je serai aussi heureux pour lui. Quelqu’un qui sait bien faire la cuisine chez nous, c’est une bonne idée (rire).”