Le père et la veuve de l’animateur s’envoient des amabilités à la figure

PARIS Les propos de Jean-Claude Delarue hier, qui affirmait avoir été interdit de voir son fils durant les trois mois précédant sa mort et n’avoir pas pu assister à ses obsèques, continuent de susciter la polémique. D’autant que l’homme a lancé l’info selon laquelle Jean-Luc Delarue se serait converti à l’islam avant son décès.

Anissa, la veuve de l’animateur, avait d’emblée démenti cette prétendue conversion. On en sait d’ailleurs un peu plus sur l’origine de la rumeur. Tout est parti du fait que Jean-Luc Delarue s’est fait inhumer dans le caveau familial de son épouse qui est situé dans le carré musulman du cimetière (Anissa est musulmane), mais il n’y a eu aucune conversion.

Anissa a encore réglé quelques comptes avec le père de l’animateur hier. Contrairement à ce qu’il prétend, Jean-Claude Delarue a été tenu informé en temps et en heure des volontés clairement exprimées par son fils désirant être enterré dans la plus stricte intimité. Il a été convié à la cérémonie du Père-Lachaise qui s’est déroulée telle que Jean-Luc Delarue le souhaitait. Jamais il ne lui a été interdit de voir son fils de son vivant. Il ne s’est pratiquement jamais manifesté auprès de lui. Il est indigne de la part d’un père de dépenser toute cette énergie pour prendre des nouvelles de son fils maintenant qu’il est décédé. Par ces actions indécentes, il met en péril la sécurité, la sérénité et le deuil de tous dans le seul but de faire parler de lui.”

Des propos auxquels le père a lui-même répliqué. “La veuve de mon fils parle d’un manque de discrétion de ma part; moi, personnellement, je parle d’un excès de discrétion de la sienne. Comment se fait-il que personne de son entourage ne m’ait appelé lors de sa mort ? J’ai appris sa disparition par un journaliste, c’est inadmissible. Il peut y avoir des contestations financières mais cela ne me regarde pas, je ne suis pas l’héritier. Moi, je voudrais voir la tombe de mon fils. Nous voulons, nous sa famille, pouvoir nous recueillir là-bas.

La bataille ne fait visiblement que commencer, d’autant que des querelles pourraient survenir sur l’héritage que laisserait Jean-Luc Delarue à son fils Jean. Les relations entre le défunt et Élisabeth Bost, la mère de son fils, étaient en effet particulièrement difficiles et on peut se demander qui gérera l’héritage de l’enfant, âgé de 6 ans, jusqu’à sa majorité !



© La Dernière Heure 2012