Hier, ils ont défilé devant la dépouille de René Angélil, présentant leurs condoléances à la chanteuse. Nous avons suivi l’hommage.

C’est elle qui devrait être réconfortée. Et pourtant, elle semblait la plus forte, hier, lors de l’hommage public rendu par des centaines d’anonymes à son défunt mari. Céline Dion est un roc duquel s’échappent souvent quelques larmes. Alors, elle se retourne, agrippe son mouchoir le temps de reprendre ses esprits, avant de serrer à nouveau des centaines de mains d’inconnus pour la plupart venus la soutenir et saluer, une dernière fois, la mémoire du regretté René Angélil. Non loin de Céline, reposant dans son cercueil, son mari. Ses traditionnelles lunettes fumées sur le nez, en élégant costume et fleur blanche à sa boutonnière. Les fans et autres Québécois lui jettent un dernier regard attendri, triste, avant de se diriger dans le calme et le respect vers l’idole, à ce moment-là seulement une épouse souffrant, comme beaucoup d’autres. C’est l’image que Céline et René ont toujours voulu donner de leur couple : des amoureux comme les autres, que le malheur peut frapper.

Hier, dès 14h en la magnifique et bleutée basilique Notre-Dame de Montréal, la dépouille de René était exposée, 24 heures avant ses funérailles. Céline Dion, vêtue de noir, gants en cuir et portant une voilette sur ses cheveux relevés en chignon, a fait preuve d’une grande dignité et d’une infinie humanité, écoutant patiemment les uns et les autres lui adresser leurs condoléances, en enchaînant les “merci” en français et en anglais.

Soudain, elle a fait ôter le cordon de sécurité entourant le cercueil de René afin d’y permettre l’accès à deux hommes : ses anciens guitaristes et violoniste. Les deux musiciens avaient quitté son équipe il y a plusieurs mois, après de nombreuses années passées avec elle sur scène. Mais ils étaient bien là, en larmes, dans cette interminable file, pour la réconforter et saluer leur ancien patron. Entourée de l’un de ses frères, Michel, épaule solide sur laquelle s’appuyer depuis des années, ainsi que des deux grands fils de René, Patrick et Jean-Pierre, la star s’est tenue debout, des heures durant. Malgré le froid canadien, ils étaient des centaines à patienter, dehors, fleur blanche ou petit mot à la main. Un discret service de sécurité veillait à ce qu’aucun débordement n’ait lieu.

La chapelle ardente dressée est restée ouverte au public hier jusque 21 heures. Cet hommage public et émouvant était filmé – parce que les époux avaient fait le choix de tout partager avec le public de Céline – et retransmis par certains réseaux canadiens. Tout comme seront télédiffusées aujourd’hui au Canada les funérailles officielles de René Angélil. Elles se tiendront en ce même lieu où, il y a 21 ans, le couple s’unissait pour la vie et où, René-Charles, premier enfant de Céline et René a été baptisé. Le jeune homme de bientôt 15 ans était lui aussi présent, au côté de sa mère, pour accueillir les condoléances du public.

© radio canada

© radio canada