C’est le cas de Peter Phillips, fils de la princesse Anne, et de lady Kitty Spencer, cousine des princes William et Harry.

Toujours dans le contrecoup du Megxit, les Anglais ont découvert cette semaine que des proches de la famille royale s’étaient bel et bien lancé dans le domaine de la publicité, faisant craindre le pire quant aux futurs contrats que pourraient décrocher à terme le duc et la duchesse de Sussex.

Il n’est pas rare que des personnalités acceptent des contrats publicitaires en Asie qui ne seront jamais vus en Europe. C’est le cas de plusieurs actrices françaises.

Probablement par souci d’éviter les critiques en première ligne, Peter Phillips, fils de la princesse Anne et de son premier mari le capitaine Mark Phillips, fait de la publicité pour vanter les mérites du lait de Jersey… en Chine.

On voit ainsi dans cette publicité tournée avec comme fond de décor Longleat House, le château du marquis de Bath, l’aîné des petits-enfants de la reine Elizabeth II, se faire apporter un verre de lait par un serviteur et le déguster avec des petits scones. Il est précisé que l’illustre dégustateur est un membre de la famille royale.

Peter Phillips bien que dans l’ordre de succession au trône (n°15) ne fait pourtant pas partie de la famille royale et n’a pas reçu de titre à sa naissance comme ses parents en avaient exprimé le désir. Marié en père de deux enfants, ce proche du prince William, travaille dans le domaine de l’événementiel. Il lui avait été fait le reproche lors du Jubilé de Diamant de sa grand-mère d’être un des coorganisateurs d’une série de réjouissances.

Le lait a visiblement la cote en ce moment puisqu’en plus de Peter Phillips, c’est lady Kitty Spencer, fille aînée du comte Spencer et cousine des princes William et Harry, qui fait aussi de la publicité pour le lait de Jersey toujours en Chine et pour un distributeur concurrent. On y explique que les Windsor commencent leur journée avec du lait ou du thé avec du lait !

Lady Kitty dont on attend la confirmation des fiançailles avec le multimillionnaire Michael Lewis, n’est pas pionnière en matière de vente de son image. Elle a déjà des contrats avec les marques italiennes Dolce&Gabbana, Bulgari et la maison de couture Schiaparelli.