Connus sous le nom cartoonique de Taz, deux diables de Tasmanie -Cradle et Cradoc- ont débarqué récemment dans le parc animalier. Une espèce en voie d’extinction Expédition Pairi Daiza Dimanche 18.25

"Cradle et Cradoc sont deux demi-frères qui viennent du zoo de Copenhague. Le seul zoo autorisé à pouvoir les reproduire et on a donc eu la chance d’en accueillir deux. On a donc une plus grande responsabilité encore avec eux. Là, ils sont déjà à la moitié de leur vie qui va jusqu’à 7 ou 8 ans", explique Vincent, leur soigneur, pour qui leur particularité est leur rareté.

"Pairi Daiza est le seul en Europe après le Danemark.

Pour la petite histoire, c’est parce que le Prince du Danemark a épousé une fille tasmanienne que le zoo a eu droit à cette seule exception (en cadeau d’une naissance princière) depuis l’interdiction d’export du diable vu qu’il est en voie d’extinction. Ces animaux, menacés par la tumeur faciale, suivant le Devils Program. À savoir mettre en place des couples capables de se reproduire en cas de besoin. "Comme on est un parc reproducteur, on promet de bien s’en occuper", poursuit celui qui a aussi assisté à la naissance émouvante d’un petit tapir. "Des scientifiques testent des vaccins en ce moment car c’est un cancer qui se propage très vite. En fait, les mâles se mordillent pour jouer d’où ces blessures que vous pouvez voir sur leur corps. On dit même que plus il est abîmé, plus il a vécu une vie de diable. C’est comme ça qu’ils attirent les femelles, pour montrer leur supériorité, mais c’est aussi comme cela qu’ils se transmettent le cancer. Et si la tumeur arrive au niveau de la gueule, ils ne savent plus manger et meurent de faim."

Comment faites-vous pour les apprivoiser ?

"Il est encore un peu tôt pour réellement interagir avec eux. Mais le soigneur de Copenhague prend 5 minutes par jour avec chaque petit, ce qui les a rendus très sociable. Ils sont alors vite près de nous et sans peur. Par contre, nous, il ne faut pas montrer qu’on a peur d’eux sinon c’est foutu ! Mais, jusque-là, tout se passe bien."

Sont-ils de nature agressive ?

"Le diable reste un grand carnivore, le plus grand carnivore de Tasmanie encore vivant maintenant que le tigre a disparu. Il a de bonnes dents ! Pour l’interaction avec eux, on imite leur petit bruit amical : Arf ! Un son pour dire que tout va bien, on n’est pas là pour se battre. Ce qui permet de lier un contact, pour leur dire qu’on est là, en amis. Et ils nous répondent ! Ce bruit est d’ailleurs à l’origine de leur nom. Les Tasmaniens pensaient qu’ils s’agissaient du cri du diable qui venait de la forêt…"

Tout le monde pourrait-il faire votre métier ?

"Je ne pense pas, non. Car on a déjà eu de stagiaires qui voulaient voir ce qu’était notre métier suite à l’émission. Certains ne voulaient même pas mettre leurs mains dans les insectes. Pour être soigneur, faut être dévoué. Faut aimer les animaux aussi et ne pas en avoir peur. Notre métier ne se limite pas à les chouchouter. Cela, ce sont 20 minutes par jour. On aimerait passer plus de temps avec eux mais le nettoyage, entretien, nourriture et j’en passe, ça prend du temps."