Dieudonné M'Bala M'Bala, 55 ans, a déjà été condamné en France à de nombreuses reprises pour injures raciales ou incitation à la haine, mais il s'agit de sa première condamnation en Suisse.

Son avocat, Pascal Junod, a immédiatement annoncé aux journalistes qu'il allait "très probablement" faire appel.

"On oublie que la France, qui est très répressive, n'a pas poursuivi Dieudonné pour ce même spectacle", a-t-il dit.

En cause dans cette affaire, les propos négationnistes sur les chambres à gaz que Dieudonné a fait tenir par l'un de ses personnages dans son spectacle entre le 4 et le 6 janvier 2019, au Théâtre de Marens à Nyon, et le 28 et 29 juin 2019, au Centre d'animation cinématographique CAC Voltaire à Genève.

Pendant son audience lundi à Genève, Dieudonné avait expliqué que ce n'était pas lui qui avait dit la phrase pendant le spectacle, mais son "personnage". Un argument balayé jeudi par la présidente du tribunal de police de Genève, Sabina Mascotto.

"Compte tenu de ses précédentes déclarations, de ses prises de position et de l'absence de tout caractère humoristique de ses propos, il sera rendu coupable de discrimination raciale", a-t-elle dit.

"La phrase ne peut être comprise autrement que comme la négation des chambres à gaz", a-t-elle ajouté, en soulignant également les "accointances" de Dieudonné avec l'essayiste français d'extrême droite "Alain Soral, un antisémite notoire".

En outre, a-t-elle dit, "la liberté d'expression peut être limitée, même dans un spectacle humoristique, à certaines conditions légales, en particulier l'intérêt public".

Le tribunal a également reconnu Dieudonné coupable d'"injure" à l'égard de la Coordination intercommunautaire suisse contre l'antisémitisme et la diffamation (Cicad), pour des propos tenus à l'égard de cette association à but non lucratif lors de la représentation du 28 juin 2019.

Il a aussi été condamné pour "diffamation" pour des propos tenus le 22 novembre 2019 concernant le secrétaire général de la Cicad, Johanne Gurfinkiel, lors d'une interview donnée sur une chaîne YouTube à Genève.

La présidente du tribunal l'a condamné à payer une amende de 180 jours-amende, fixée à 170 francs suisses par jour, soit 30.600 francs (28.200 euros).

Dieudonné a été condamné en France à de nombreuses reprises pour injures raciales ou incitation à la haine. Vendredi dernier, il a été condamné dans trois affaires distinctes à quatre mois de prison et à deux amendes de 10.000 et 5.000 euros, déclaré coupable d'"injure publique" et de "provocation à la haine".