Plus Charlène restera en Afrique du Sud, plus cette rumeur risque d’enfler. Depuis son absence remarquée pour ses 10 ans de mariage avec Albert II le 1er juillet dernier, la princesse monégasque a, certainement malgré elle, provoqué un torrent de réactions. Et les spéculations vont bon train. 

Un déménagement dans les tuyaux 

Officiellement, l’ancienne nageuse de 43 ans est toujours bloquée dans son pays natal pour une "infection de la sphère ORL" . Mais des bruits de couloir persistants l’assurent : il y aurait bien de l’eau dans le gaz entre la blonde et le descendant des Grimaldi. "C’est en train de prendre des proportions énormes, tout le monde commence à croire qu’elle ne rentrera pas", glissait déjà une source proche du palais princier dans les colonnes de Voici .

Désormais, c’est Bunte, un média allemand, qui apporte sa pierre au chancelant édifice. On y apprend que "Charlène cherche depuis longtemps une maison près de Johannesburg". Et ce n’est pas tout. À la tête d’une fondation où elle sensibilise notamment au braconnage, la Princesse aurait pour dessein d’y établir ses activités professionnelles. L’une des entreprises de son frère, Gareth, dont elle est très proche, y serait délocalisée. "L’amie de Charlène et millionnaire autodidacte, Colleen Glaeser, 47 ans, a aidé à conclure l’accord de l’entreprise", souligne le magazine, sûr de son fait.

Faisant pour le moment fi des rumeurs, Charlène de Monaco a rendu en hommage à son ami Goodwill Zwelithini, feu le roi des Zulus, sur son compte Instagram personnel, alors son pays est en proie au chaos sur fond de crise sanitaire et économique.