De Nabilla (et Thomas Vergara) à Caroline Receveur (et Hugo Philip) en passant par Jessica Thivenin (avec Thibault Garcia) et on en passe… on ne compte plus les influenceurs et même peoples et autres stars (le Belge Dj Daddy K vit aussi entre la Belgique et les émirats) qui s’expatrient à Dubaï. 

Au-delà d’une météo clémente toute l’année, les personnalités du web y voient des avantages immobiliers, fiscaux (aucun impôt, juste une TVA de 5 % sur tous les produits et les services) et éducatifs. “Une maison avec jardin et piscine à Dubai est bien inférieure aux prix du marché en France et encore bien plus inférieure au prix du marché Anglais, je vous laisse en jeter un œil par vous-même”, avait notamment déclaré la jeune maman Caroline Receveur. 


Tout ça, dans une ville multiculturelle, artistique et festive qui permet de vivre une vie luxueuse, même sans beaucoup d’argent. Et surtout dans l’anonymat, la tranquillité et le respect de leur vie privée alors que les influenceurs sont traqués partout ailleurs. “À Dubaï, personne ne sait qui ils sont donc ils se sentent plus en sécurité, confie une agence d’influenceurs au Huffington Post. Ce n’est qu’à quelques heures d’avion de leurs familles en France et le décalage horaire n’est pas si important, seulement 2 ou 3 heures, c’est idéal.” 

A côté d’une facilité pour obtenir des visas de travail (les influenceurs sont souvent leur propre entreprise), implanter sa société là-bas est aussi beaucoup plus avantageux financièrement. Le coût de la main-d’œuvre est inférieur à l’Europe, pas de cotisations de chômage ni de retraite. Dubaï est aussi visuellement très attractif pour les réseaux sociaux. En effet, les influenceurs gagnent leur vie en effectuant des placements de produits sur ces derniers. Dubaï semble donc être la ville idéale pour partager son quotidien luxueux, selon Amélie Le Renard, sociologue et autrice de l’ouvrage “Le privilège occidental. Travail, intimité et hiérarchies postcoloniales à Dubaï.” “À Dubaï, de nombreuses tours et bâtiments sont construits et pensés spécifiquement pour être spectaculaires sur les photos, plus que pour les usagers qui les fréquentent, déclare-t-elle dans le Huffington Post. Le gouvernement de la ville a cherché à créer l’image d’un lieu idéal à la fois futuriste, à la pointe et offrant un style de vie luxueux à ses habitants les plus aisés.” 


Ou quand Dubaï a su se créer une image de marque… à travers les réseaux sociaux. Seul bémol ? Les relations sexuelles entre homme et femme sont proscrites s’ils ne sont pas mariés. Afin d’être conformes à la loi, Caroline Receveur a donc dû se marier à peine quelques jours avant de s’installer dans l’Émirat bling-bling.