Dans le centre commercial, il est décliné à toutes les sauces

ENVOYÉ SPÉCIAL AUX ÉTATS-UNIS EDDY PRZYBYLSKI

MEMPHIS Carlo Betan était déjà venu deux fois à Memphis avec le groupe des fans belges. C'était en 1996 et en 1997. Il est accompagné par son épouse.

Fan d'Elvis, ça ne fait aucun doute qu'il en soit un vrai de vrai. Mais il pose aussi, sur les choses qui se passent ici, un regard professionnel. Car Carlo, 60 ans, fait depuis trente ans les marchés de la Région bruxelloise. Il vend des CD et... des articles Elvis Presley. `Pour moi, choisir de venir à Memphis en août, c'est un double sacrifice. D'abord, parce que, comme pour tout le monde, cela représente un gros budget ( la semaine à Memphis a coûté 200 euros aux 64 fans inscrits, ndlr ). Dans mon cas, il y a aussi le manque à gagner car mes clients me connaissent et c'est au mois d'août, chaque année, que je fais mon plus beau chiffre d'affaires.´

Il n'empêche qu'ici il peut trouver des idées d'articles nouveaux. Autour de Graceland, la propriété d'Elvis, se sont regroupées des tas de boutiques entièrement vouées au dieu du lieu. A 95%, en tout cas, car, à l'occasion, on peut se trouver face à une vitrine d'objets inspirés par l'artisanat indien. Ou devant des poupées représentant Marilyn.

Elvis se trouve ici mis à toutes les sauces. Les disques, bien sûr. Des livres et des albums. Des statuettes. Des tasses, des assiettes... Tout cela est classique.

Plus inhabituelle, la tapette à mouches Elvis Presley, en forme de guitare, avec son nom sur le manche, se vend un dollar. Pour 120 dollars, vous achetez la reproduction de la Cadillac rose qu'il avait offerte à sa maman. Pour 55 dollars, un Elvis Presley de 8 centimètres danse, en chanson, sur un disque qui, lui-même, tourne sur un miniphonographe. 65 dollars pour une grosse pinte à bière, façon bavaroise, colorée par des photos d'Elvis sur les plages de Hawaii ou en soldat.

Il y a aussi des tirelires qui ont la forme des télévisions des années 50 et l'image représente, bien sûr, Elvis Presley. Et puis, pour douze dollars, vous avez l'horloge. Le cadran tourne autour du buste d'Elvis. Et le pendule, ce sont ses jambes pliées. Si bien qu'Elvis danse en vous donnant l'heure.

© La Dernière Heure 2002