Elle va initier un homme de 20 ans à des plaisirs piquants dans My Mistress

PARIS Le sado-masochisme semble avoir la cote pour l’instant dans le cinéma français. Après les humiliations et coups de fouet que s’échangent Benoît Poelvoorde et Laetitia Casta dans Une histoire d’amour , c’est au tour d’Emmanuelle Béart d’épicer l’année de ses cinquante ans (qu’elle fêtera le 14 août prochain) en incarnant une maîtresse SM qui entretient une relation “anticonventionnelle et provocatrice ” avec un homme bien plus jeune qu’elle incarné par Harrison Gilbertson (un acteur australien de 30 ans son cadet, considéré comme une des plus belles promesses dans son pays).

Emmanuelle est une actrice intrépide , a expliqué le réalisateur Stephen Lance. Elle a interprété tellement de femmes incroyables. Sa complexité émotionnelle est parfaite pour ce rôle. Harrison est également un brillant acteur avec une carrière impressionnante. Il apportera quelque chose de spécial.

Avant d’ajouter : “Il est important que mon premier film confère une expérience émotionnellement et visuellement excitante .”

Tourné en Australie, My Mistress risque de faire parler énormément de lui. Et cela, même si Emmanuelle Béart est une habituée des rôles à forte personnalité sexuelle, comme l’ont prouvé Nathalie, Bye bye Blondie ou Ça commence par la fin .

Avec la sortie des deuxième et troisième tomes de 50 nuances de Grey , en plus de son adaptation au cinéma, ce sont les marchands de martinets, de menottes et de latex qui doivent se frotter les mains. Leur petite entreprise ne devrait pas connaître la crise dans les prochains mois.



© La Dernière Heure 2013