En 2017, lors d’un freestyle sur l’antenne de Skyrock, le rappeur avait déjà créé la polémique en utilisant les termes "PD" et "Négro". S’ensuivirent des accusations de racisme et d’homophobie alors que le Bruxellois affirmait avoir été mal compris. Pris à partie et insulté sur les réseaux sociaux, il avait été contraint de désactiver son compte Twitter. "J’me fais mitrailler, j’ai trop mal géré mon image sur ton réseau pourri oiseau bleu de malheur", avait-il écrit à l’époque.

En juillet de l’an dernier, vingt-quatre mois après les faits, Roméo Elvis était revenu sur l’affaire en évoquant combien cela lui pesait sur la conscience et en présentant ses excuses. "Ce jour-là, j’ai fait l’erreur de penser que c’était une évidence pour tout le monde que ma voix n’avait pas de poids, que ce serait anecdotique, avait-il écrit avant d’ajouter : Je suis l’ennemi du racisme, de l’homophobie et de l’intolérance comme toute personne sensée sur cette foutue planète." Il disait aussi vouloir délivrer un message positif et ne pas créer de polémiques. C’est raté…