"D'un commun accord, nous avons décidé d'interrompre notre relation conjugale", indiquent dans ce communiqué la soeur du roi Felipe VI et l'ancien joueur international de handball, son mari depuis plus de 24 ans, sans toutefois préciser si cela signifie qu'ils allaient divorcer.

"L'engagement envers nos enfants reste intact", poursuit le couple, qui a quatre enfants.

"Étant donné qu'il s'agit d'une décision privée, nous demandons le plus grand respect à tous ceux qui nous entourent", conclut le bref communiqué.

Un magazine avait publié mercredi des photos d'Iñaki Urdangarín marchant main dans la main avec une femme, identifiée plus tard comme étant Ainhoa Armentia, une collègue du cabinet d'avocats où il travaille à Vitoria (nord) grâce au régime de semi-liberté dont il bénéficie.

Interrogé jeudi sur ces photos, Iñaki Urdangarín, 54 ans, avait évoqué "une difficulté" qui allait être gérée par la famille "dans le plus grand calme".

Agée de 56 ans, l'Infante Cristina, qui vit à Genève, n'avait pas pris la parole jusqu'au communiqué de lundi.

Cristina et Iñaki Urdangarín se sont mariés en octobre 1997, un an après s'être rencontrés aux Jeux olympiques d'Atlanta. Le couple s'était installé en 2013 à Genève, loin des paparazzis.

Iñaki Urdangarín, ex-médaillé olympique de handball avec l'équipe d'Espagne, purge depuis 2018 une peine de cinq ans et 10 mois de prison pour avoir détourné des millions d'euros donnés par des organismes publics à une fondation à but non lucratif qu'il présidait.

L'infante Cristina avait été renvoyée devant un tribunal dans cette affaire pour complicité de fraude fiscale, devenant ainsi le premier membre de la famille royale à être traduit en justice pour un délit de ce type. La sœur du roi, sixième dans l'ordre de succession au trône d'Espagne, avait été relaxée.

La Cour suprême avait néanmoins estimé qu'elle avait une responsabilité civile en tant que bénéficiaire des fonds obtenus par son mari et lui avait infligé une amende de 136.950 euros, dont elle s'était déjà acquittée.

Tout au long de l'enquête, Cristina avait nié avoir eu connaissance des activités illicites de son mari. Dès le début de l'affaire, fin 2011, tous deux avaient été mis à l'écart des actes officiels de la Maison Royale.

En montant sur le trône en 2014, Felipe VI avait promis de restaurer le prestige de la Couronne, entaché par de multiples scandales de corruption impliquant son père Juan Carlos et qui avaient contraint celui-ci à abdiquer.

En 2015, il avait notamment retiré à l'infante Cristina le titre de duchesse de Palma, que Juan Carlos avait créé en 1997 pour sa fille avant son mariage.

Felipe VI a également une sœur aînée, l'Infante Elena, 58 ans.