People Il n’est plus possible de conserver une dizaine de membres actifs avec toute la charge financière que cela implique.

Le roi Carl Gustaf de Suède, âgé de 73 ans, et sur le trône depuis 1973, a annoncé cette semaine le remaniement de la Maison royale.

Père de trois enfants - la princesse héritière Victoria, le prince Carl Philip et la princesse Madeleine - il a octroyé à ses sept petits-enfants dès leur naissance le titre de prince/princesse de Suède avec prédicat d’Altesse royale ainsi qu’un titre ducal. La volonté était surtout que les enfants de sa fille Madeleine mariée avec Christopher O’Neill puissent être sur le même pied d’égalité que leurs cousins la princesse Estelle et le prince Oscar - princes car étant les enfants de l’héritière du trône - le prince Gabriel et le prince Alexander (fils du prince Carl Philip transmettant automatiquement le titre princier à sa descendance).

Le roi de Suède a pris la décision de recentrer la Maison royale autour de lui-même et de son épouse la reine Silvia, la princesse héritière Victoria et son époux le prince Daniel ainsi que leurs deux enfants.

Pour ce qui est du prince Carl Philip et de son épouse la princesse Sofia ainsi que la princesse Madeleine établie en Floride avec les siens, le communiqué précise qu’ils continueront à s’investir dans les associations qu’ils parrainent et assureront des tâches officielles dans le cadre qui sera fixé par le souverain.

Il est en outre précisé que les actuels princes Gabriel, Alexander et Nicolas, les princesses Leonore et Adrienne n’accompliront jamais de mission dans le futur pour le compte de la Couronne.

Les petits-enfants du souverain hormis les enfants de la princesse héritière, deviennent désormais prince sans prédicat d’Altesse royale mais conservent leur titre ducal.

Alexander (2016) reste donc duc de Södermanland ; Gabriel (2017) duc de Dalarna ; Leonore (2014), duchesse de Gotland ; Nicolas (2015), duc d’Angermaland et Adrienne (2018), duchesse de Bleikinge.

Ce remaniement de la Maison royale n’est pas une première au sein des familles royales régnantes européennes. Les temps ont évolué et il n’est évidemment plus possible de conserver une dizaine de membres actifs avec toute la charge financière que cela implique. Une clarification bien anticipée comme dans ce cas-ci, permettra aux intéressés de se dessiner un destin professionnel hors les murs du palais.R. S.