Au Nouvel Obs, Fabrice Luchini détaille sa relation privilégiée avec le président français.

Au théâtre dans Des écrivains parlent d’argent, Fabrice Luchini évoque la crise des gilets jaunes et les problématiques budgétaires en France. L’occasion pour l’homme de lettres de rappeler au Nouvel Obs les liens forts qu’il a longtemps entretenus avec Emmanuel Macron qui n’était alors pas encore président de la République française mais bien ministre de l’Économie. "Emmanuel Macron est venu deux fois. Il a préféré les textes de Péguy à tous les autres", confie Fabrice Luchini, qui regrette le temps où il y avait plus de proximité entre eux deux.

"Aujourd’hui, je vois davantage François Hollande"

"Il est trop occupé à l’Élysée, explique le comédien de 67 ans à propos de son ami président qui compte 26 années de moins que lui. Le temps est loin où j’allais, le soir, à Bercy, lui lire du Molière, du Nietzsche et du Valéry jusqu’à deux heures du matin. Je ne peux pas nier qu’il m’avait beaucoup séduit. D’autant que, lui rappelant tout ce que je donnais à l’État, il m’avait répondu qu’on devrait moins accabler les artistes qui défendent la cause du français."

Fabrice Luchini semble quelque peu se venger de cette situation en se montrant désormais très proche du "frère ennemi" d’Emmanuel Macron. "Aujourd’hui, je vois davantage François Hollande", conclut l’acteur - césarisé pour Tout ça… pour ça ! de Claude Lelouch - au Nouvel Obs. "Je n’arrive toujours pas à savoir si, sous son apparence lisse, il est un authentique nihiliste. Pour moi, Hollande est une délicieuse énigme."