L’émotion était palpable lors de la présentation de ses dernières créations pour Chanel à la Fashion Week.

Minute de silence, larmes et ovation : l’émotion était au rendez-vous mardi pour la dernière collection Chanel dessinée par Karl Lagerfeld, présentée dans un paysage immaculé et enneigé, aux allures de paradis blanc. Le défilé le plus attendu de la Fashion Week parisienne a été précédé d’une minute de silence, en hommage à celui qui fut le directeur artistique de la maison de couture pendant 36 ans, et s’est conclu sur la chanson Heroes de David Bowie.

Fleur blanche à la main, l’actrice espagnole Penelope Cruz, souriante, a marché au pied du chalet sur la neige artificielle, en courte robe blanche et bottines à plateforme assorties, de même que la jeune Kaia Gerber, égérie de Karl Lagerfeld et fille de Cindy Crawford, en robe bouffante cintrée. La top britannique Cara Delevingne, une autre égerie de Lagerfeld, a ouvert le défilé portant un pantalon large à carreaux, un long manteau pied-de-poule et un chapeau blanc et noir.

Fort en émotion, le défilé a été la première occasion publique pour Chanel de rendre un hommage discret au dernier des géants de la haute couture, qui n’a pas voulu de cérémonie officielle après sa mort. Au premier rang de cet ultime défilé, Anna Wintour, la papesse du Vogue américain, lunettes noires et tenue rose, côtoyait d’autres sommités de la mode dont Claudia Schiffer, égérie de Lagerfeld dans les années 1990, les actrices Monica Bellucci portant un manteau gris en tweed, Marion Cotillard en petite robe blanc et noir, et Kristen Stewart en combinaison moulante noire frappée du double C de la marque.

La voix du "kaiser" de la mode, et son fameux accent germanique, a aussi retenti, lors de la diffusion d’un entretien où il évoquait ses débuts chez Chanel à une époque où on doutait qu’il puisse relever le défi. Le blanc a dominé cette collection placée sous le signe de la neige, et signée de Karl Lagerfeld et de Virginie Viard, son bras droit qui lui succède.

© AP