En pleine promotion pour son album intitulé L'Avenir, Florent Pagny a récemment accordé une interview au magazine français Notre Temps. Dans cet entretien, le chanteur s'est emporté à l'encontre des réseaux sociaux qu'il avoue ne fréquenter que très rarement.

"J'ai commencé à m'intéresser à Instagram, mais j'ai très vite mesuré l'intrusion, l'addiction aussi, tout ce que je n'aime pas (...) Je pense que ces outils-là sont malsains et d'autant plus pour les artistes. Nous devons rester un peu inaccessibles", confie-t-il. De fait, Florent Pagny considère qu'il est important de maintenir une distance entre les artistes et leurs fans. "Le voyeurisme, l'obsession du nombre de followers, c'est assez pathétique. Et puis cela ne fait pas vendre de disques ni de places de concert", ajoute-t-il.

Le chanteur a même été encore plus loin en affirmant être fier de ne pas appartenir à cette époque où les nouvelles générations ont grandi avec les nouvelles technologies. "Mon public et moi, on s'est connu avant tout ce cirque", a-t-il conclu sur le sujet.

L'artiste concède néanmoins qu'avec le temps lui aussi a évolué sur un autre plan. " Je suis un poil moins rebelle, mais j'ai de beaux restes ! À mon âge, tu te dis qu'une petite phrase bien placée percute mieux qu'une grande envolée pétaradante (...) Vu l'époque, heureusement que je me suis calmé. Avec les réseaux sociaux et les chaînes d'info, un mot de travers et tu es mort. Aujourd'hui, la liberté de penser, tu la gardes pour toi, il n'est vraiment pas bon de l'exprimer", s'est-il désolé.