Jeudi soir, l'émission Complètement d'enquête diffusait "PPDA, la chute d'un intouchable" sur France 2. Un document qui revenait sur la face sombre et cachée de l'ex-présentateur du 20 Heures de TF1, accusé d'agressions sexuelles par une dizaine de femmes.

Au cours du document, Frédérique Lantieri a dévoilé les coulisses de sa rencontre avec Patrick Poivre d'Arvor, à l'époque où il est au sommet de sa gloire et qu'elle n'est qu'une jeune journaliste. Nous sommes en 1980 et Lantieri, 20 ans à l'époque, est stagiaire à la rédaction d'Antenne 2. Elle explique avoir été rapidement prise sous son aile par PPDA. "C'était très flatteur. Il a dû m'emmener partout avec lui. Je crois même qu'on a déjeuné ensemble. Il s'est vraiment occupé de moi. Il doit me draguer un peu, mais il n'a pas de gestes déplacés. Il me fait des compliments", dit l'ancienne présentatrice de "Faites entrer l'accusé". "Quelques jours ou quelques semaines plus tard, j'ai dû recevoir une ou deux lettres, un ou deux coups de fil. Il me faisait des avances un peu plus prononcées. J'ai décliné très simplement et ça s'est arrêté là".

Mais quelques mois plus tard, alors qu'elle est cette fois stagiaire au "Quotidien de Paris", elle recroise la route de PPDA. Invitée par son rédacteur en chef à une grande émission politique sur Antenne 2, elle assiste aux débats, animés par Patrick Poivre d'Arvor, depuis le plateau. "Il y avait des ministres dans mon souvenir. Des hommes politiques. Tout le gratin du journalisme politique de l'époque. Ils sont tous là. Moi, je suis une petite. J'ai 20 ans. J'ouvre grand mes yeux et mes oreilles et je n'en perds pas une miette", se remémore-t-elle.

Puis vient la fin de l'émission. PPDA l'aperçoit au loin. Et sa réaction est plus que déstabilisante. "Il sort tel un roi, telle une star. Il connaît un peu tout le monde. Il va pour dire bonjour. D'un seul coup, il me voit. Très fort devant tout le monde, il dit à mon rédacteur en chef : 'Qu'est-ce qu'elle fout là, celle-là ? Vous l'avez prise ? Nous, on n'a pas voulu d'elle !'. Tout le monde me regarde dans mon souvenir. Moi, je ne sais pas quoi répondre", se remémore-t-elle.

Frédérique Lantieri évoque aujourd'hui une "humiliation". "Pour se venger. Parce que j'ai décliné son offre. Parce que j'ai dit non", assure-t-elle.