Alors qu’il était en train de vivre son rêve américain en jouant outre-Atlantique, il avait été pointé du doigt par CopyComic, qui affirmait que Gad Elmaleh avait "copié" des humoristes américains. "J’ai repris des formules de mecs que j’aimais, oui", a-t-il admis sur TF1. "Je n’ai pas honte, jamais. Mais ça m’a fait souffrir. Ça m’a atteint. Le côté acharnement m’a épuisé et étonné. Tout ce qu’on dit de vous devient horrible. On parle de vous comme d’un criminel."

"Je pense qu’en faisant un montage, on peut tuer quelqu’un", a-t-il dit concernant ce qui a été écrit à son propos. Mais la souffrance ne vient pas que des gros titres, elle vient aussi des gens qui se détournent de vous." Il en a donc profité pour faire le tri dans son entourage.

Ce que Gad Elmaleh regrette par-dessus tout, c’est la stratégie qu’il a employée pour se défendre avec ses avocats. "J’ai mal géré la chose au début parce que j’étais fragile. J’aurais voulu avoir la force de dire à ce moment-là ‘oui, j’ai pris deux, trois idées de comiques américains, mais je vous emmerde. J’ai trente heures de spectacle derrière moi, j’ai fait toute une carrière’."