Les souvenirs douloureux remontent à la surface après l'énorme scandale Weinstein. Ce week-end, c'est Vanessa Marquez qui, sur Twitter a dénoncé le comportement de George Clooney durant le tournages de la série "Urgences" en l'accusant de "complicité de harcèlement sexuel".


George Clooney a nié en bloc les accusations de Vanessa Marquez qui incarnait l'infirmière Wendy Goldman (de 1994 à 1997) avec George Clooney dans la série "Urgences". Cette dernière a elle aussi voulu rompre le silence quand elle a vu passer un tweet de l'acteur condamant fermement le comportement "indéfendable" de Harvey Weinstein.

Le 9 octobre dernier, il s'était exprimé pour le Daily Beast sur l'affaire Weinstein : « Harvey a tout admis et c'est indé­fen­dable. Je connais Harvey depuis vingt ans. Il m'a donné ma première chance dans un film avec 'Une nuit en enfer', il m’a donné ma première chance comme réali­sa­teur avec 'Confes­sions d'un homme dange­reux'. Nous avons dîné, nous avons tourné ensemble, nous nous sommes dispu­tés. Mais je peux vous dire que je n'ai jamais assisté à de tels compor­te­ments. Jamais ! »

Voyant ces phrases relayées sur les réseaux sociaux, l'actrice de 48 ans s'est indignée et l'a fait savoir par un tweet : « C'est des conne­ries ! Cloo­ney a aidé à me faire black­lis­ter quand je me suis plainte de harcè­le­ment sur Urgences. Les femmes qui ne jouent pas le jeu perdent leur carrière. Ça a été mon cas. »

Différentes personnes lui ont demandé plus de détails pour mieux comprendre ses propos. Vanessa Marquez explique alors qu'elle aurait subi des attouchements de la part de Eriq La Salle (le docteur Peter Benton) et d'un cameraman. Et tous les jours, elle dit avoir dû endurer des blagues racistes sur les Mexicains. Et comme elle ne s'est pas tue à l'époque, on l'a mise sur la touche...

George Clooney est revenu sur ces dires dans US Weekly, affirmant croire ses propossans être du tout au courant que l'actrice ait été blacklistée : « Je ne savais abso­lu­ment pas que Vanessa était black­lis­tée. Je la crois lorsqu'elle dit cela. Mais je n'étais pas un scéna­riste ou un produc­teur sur la série. Je n'avais aucun pouvoir sur le casting. J'étais un acteur et seule­ment un acteur. Si on lui a dit que j'avais eu une certaine part dans des déci­sions concer­nant sa carrière alors on lui a menti. Le fait que je n'avais pas le pouvoir d'affec­ter sa carrière est seule­ment surpassé par le fait que je n'aurais jamais pu faire une chose pareille ».