Gérard Lenorman a gardé comme un trésor une recette de sa grand-mère: celle du lapin Augustine


PARIS Si tu ne me laisses pas tomber, Si j'étais Président, Michèle, Gentil dauphin triste, La Ballade des gens heureux... Gérard Lenorman, le Petit Prince de la chanson comme on l'appelait dans les années 70, a vendu des millions de disques, collectionné les tubes. Certes, ses cheveux ont blanchi, mais il a gardé cet émerveillement et cette fraîcheur qui ont séduit et séduisent toujours des générations entières.

Il l'avoue d'emblée : quand il n'y a pas de gala au programme, il adore cuisiner. Le dimanche, place à une recette qui n'est pas de son cru, mais qu'il tient de sa grand-mère qu'il a tant aimée : le lapin Augustine Lenorman. "Je le réussis assez bien, sourit-il. Quand je le dépose sur la table et que les amis le dégustent, je n'ai que des réactions positives. J'ai même fait découvrir ce mets à des personnes qui n'aimaient pas vraiment le lapin ou qui n'envisageaient même pas de le voir un jour dans leur assiette. Bonne surprise : elles sont devenues des adeptes du lapin Augustine."

Lenorman a gardé cette recette comme un trésor, il la perpétue. "J'ai été élevé dans la Normandie profonde, poursuit-il. J'y ai acquis des réflexes gourmands, goûteux... On cuisinait bien, dans nos familles, en ce temps-là, pas si lointains, finalement. Aujourd'hui, les Français déploient encore ce genre de plaisirs, de partages et j'en suis très heureux."

Le petit-déjeuner ? Ce n'est pas une institution, loin de là. Mais ce qui est quasi incontournable, ce sont les œufs. "À la campagne, j'ai des poules un peu particulières qui produisent des œufs à la coquille marron, presque chocolat, poursuit Gérard. Dès lors, on sacrifie quand même au rite de l'œuf à la coque, avec une petite noix d'huile d'olive, une pincée de sel... Quand il y a du monde à la maison, on cultive cette habitude..."

Autre passion, quand il se trouve à la campagne : son potager. "J'adore ça, raconte-t-il. J'aime par dessus tout mettre les mains dans la terre, faire des trous, planter des graines... Pour moi, tout cela a beaucoup de sens. Les légumes préparés avec soin et amour recèlent un parfum incomparable..."

Cela dit, il lui arrive parfois de ne rien faire le dimanche. "Mais c'est relatif, précise-t-il. Lorsque je ne fais rien, j'ai quand même la gamberge qui tourne à 100 % !"

EN SAVOIR PLUS

Site officiel :

www.gerard-lenorman.com



© La Dernière Heure 2009