Jeune mannequin de 23 ans, Gretta Vedler a été retrouvée morte dans une valise, là où elle habitait, à 500 kilomètres de Moscou. Disparue depuis plus d'un an, la jeune femme avait tenu des propos forts sur le chef d'état russe Vladimir Poutine. Elle affirmait que son désir de renforcer l’unité de la Russie pourrait très mal terminer. Un discours qui prend une tout autre tournure aujourd'hui.

Elle expliquait l'enfance difficile de Vladimir Poutine. "Il a subi de nombreuses humiliations dans son enfance. Ce n’est pas surprenant qu’il ait abandonné le droit pour rejoindre le KGB. Dès l’enfance, il a été timide et craintif, éprouvant une peur de l’obscurité, du bruit, des étrangers. Selon moi, une psychopathie ou une sociopathie a dû se développer très tôt chez lui."

Tuée un mois après ces propos, certains craignaient que l'avis de la jeune femme ne l'ai conduite à sa perte... mais il n'en était rien. Le tueur n'est autre que son petit ami, un certain Dmitry Korovin. Il a avoué avoir tué la mannequin après une dispute d'ordre financier.

L'homme a expliqué à la police qu'il était resté pendant trois jours avec le cadavre de Gretta, avant de le mettre dans une valise. Il décida ensuite de l'abandonner dans le coffre d'une voiture. La découverte a pu être faite grâce à un ami ayant alerté les autorités. Elles sont parvenues à retrouver le corps de la jeune femme, obligeant Dmitry Korovin à confesser son crime.