On reproche à la grande-duchesse de régenter la Cour et d’avoir un caractère très autoritaire.

Au mois d’août dernier, le gouvernement luxembourgeois a nommé Jeannot Waringo représentant spécial du Premier ministre auprès de la Cour grand-ducale avec pour mission de rédiger un rapport sur la manière dont la Cour gère son personnel.

Depuis, les spéculations et rumeurs allaient bon train. On évoquait en effet à la base de cette désignation des problèmes dans la gestion du personnel à la Cour avec de nombreux licenciements au cours des dernières années.

Ces derniers jours, plusieurs quotidiens luxembourgeois se faisaient de larges échos du contenu de ce rapport Waringo qui n’a pas encore été rendu public officiellement.

La grande-duchesse Maria Teresa de Luxembourg, selon ces diverses fuites journalistiques, est solidement épinglée par le rapport. On lui reproche de régenter la Cour et d’avoir un caractère très autoritaire ayant conduit à ces nombreux licenciements. Une abdication du grand-duc Henri (sur le trône depuis 2000) était même mise dans la balance selon la presse luxembourgeoise.

Le grand-duc a décidé de réagir par la voie d’un communiqué officiel peu commun émis depuis Genève où il a retrouvé le week-end dernier son épouse la grande-duchesse Maria Teresa qui a annulé tout son agenda afin d’être au chevet de son frère hospitalisé aux soins intensifs.

"C’est au chevet de mon beau-frère aux soins intensifs à Genève que je m’adresse à vous. Dans un esprit d’ouverture, de transparence et de modernité, j’ai accepté que la mission souhaitée par le Premier ministre puisse être exécutée.

"Dans l’attente du rapport et tout au long de cette mission, des articles ont été publiés dans les médias, mettant en cause injustement mon épouse, la mère de nos cinq enfants et une grand-mère très aimante. Toute ma famille en souffre.

"Pourquoi attaquer une femme ? Une femme qui défend les autres femmes ? Une femme à qui on ne donne même pas le droit de se défendre ?

"Depuis mon accession au trône nous avons, ensemble, voulu contribuer à la modernisation de notre monarchie constitutionnelle et nous voulons continuer dans cette voie.

"Les combats de mon épouse que j’ai toujours soutenus et que nous continuerons à mener sont essentiels : la lutte contre la dyslexie, la lutte contre les violences sexuelles, le statut des enfants emprisonnés en Afrique, le développement de la microfinance et l’éducation des jeunes filles et des femmes. Je suis fier de l’engagement, de l’intelligence et de l’énergie que mon épouse met dans toutes ses actions. Son dévouement pour servir notre pays à mes côtés depuis 39 ans est exemplaire, il est essentiel pour moi.

"Nous allons continuer à vous servir, à être là pour vous et pour le Luxembourg. Surtout en ce moment crucial où nos enfants commencent une vie de famille, il est impératif pour nous en tant que parents de leur permettre de profiter de ces belles années en tant qu’héritiers."

Même si on ignore encore le contenu de ce rapport, il y a fort à parier que les diverses fuites aillent dans le sens d’un souhait que la grande-duchesse ne s’immisce plus dans les affaires courantes de la Cour.