Il en a sa claque. S'estimant "boycotté" par Hollywood, Johnny Depp écume désormais les festivals de cinéma de moindre envergure en paria autoproclamé. L'acteur américain de 58 ans, invité au festival du film de San Sebastian pour recevoir un prix venant couronner l'ensemble de sa carrière, en a profité pour mettre un taquet à la "cancel culture". Aussi appelée "culture de l'effacement", cette pratique provenant des États-Unis désigne la propension à "annuler" des artistes et/ou des oeuvres au nom de la justice sociale.

"Personne n'est à l'abri"

Sur place, Johnny Depp a proposé sa propre définition de la chose, pointant du doigt "cette tendance à porter dans la précipitation un jugement hâtif basé essentiellement sur ce qui s’apparente à de l’air pollué exhalé". "Les différents mouvements qui ont émergé, j’en suis persuadé avec les meilleures intentions, sont cependant à présent tellement hors de contrôle que je peux vous dire que personne n’est à l’abri", a-t-il ajouté dans des propos rapportés par Vanity Fair. Selon lui, "Hollywood a sous-estimé le public d’une manière grotesque" en s'adonnant à cette pratique.