Depuis septembre 1980, la presse britannique n’a d’yeux que pour lady Diana Spencer. Âgée de 19 ans, elle est la fille du 8ème comte Spencer qui a toujours côtoyé la famille royale et a grandi au domaine d’Althorp House dans le Northamptonshire.

Des photos volées au cours de l’été montraient le prince Charles au cours d’une partie de pêche sur les bords de la rivière Dee sur le domaine de Balmoral en compagnie d’une jeune inconnue. Identifiée peu après, c’est le début d’une traque qui finira en 1997 à la mort de la princesse sous le tunnel du pont de l’Alma à Paris.

Diana qui vit en colocation avec des amies à Londres, travaille dans un jardin d’enfants à Pimlico. Le pays qui traverse alors une profonde crise économique sous l’ère de Margaret Thatcher, perçoit cette jeune femme comme un vrai rayon de soleil.

Timide, rougissant lorsqu’on la questionne en rue, baissant les yeux sous sa frange de cheveux, et ne pipant mot, elle fait au quotidien la Une des journaux.

Les fiançailles sont vainement attendues pour le 14 février, jour de la Saint Valentin mais rien ne se produit.

Il faut attendre encore 10 jours pour le communiqué de la Cour.

Lady Diana qui est loin d’être une bergère mais appartient à une ancienne famille de l’aristocratie britannique va donc épouser le prince Charles (32 ans) alors considéré comme le plus beau parti du Gotha.

Vêtue d’un tailleur avec jupe-culotte acheté chez Harrod’s et de souliers plats pour ne pas dépasser son fiancé, sur les marches de la façade arrière de Buckingham, la jeune lady montre avec fierté sa bague de fiançailles : un saphir de 18 carats avec 14 diamants, créé par le joaillier de la Cour Garrard. L’opinion publique se met à rêver et ce futur mariage est présenté comme un conte de fées.

La bague aurait d’ailleurs été choisie par le prince pour être en harmonie avec le bleu des yeux de Diana. On apprendra bien plus tard lorsque le "plus grand mariage du siècle" vola publiquement en éclats que c’est Diana elle-même qui avait en fait choisi la bague. Garrard étant venu présenter à Buckingham en présence de la reine différents modèles. La princesse expliqua à une amie qu’elle avait choisi cette bague "car elle était la plus grosse".

Depuis novembre 2010, elle est au doigt de la duchesse de Cambridge. Une belle histoire quand même pour ce bijou, l’un des plus copiés au monde. Une histoire aussi entre les Anglais et Diana qui débuta il y a 40 ans et qui dure toujours.