Thomas Hugues va toucher 575.000 euros pour son licenciement de TF1

PARIS L’ex-mari de Laurence Ferrari, père de ses aînés – et qui travaille actuellement sur France 5 – a remporté la bataille juridique qu’il a entamée il y a cinq ans contre TF1. La chaîne française a été condamnée à lui verser la modique somme de 575.000 euros, dont 393.250 euros au titre d’indemnités de licenciement.

Co-présentateur de Sept à Huit aux côtés de Laurence Ferrari, en 2002, il devient le joker de PPDA au 20 heures de la chaîne. Remplacé en 2006 à ce poste par Harry Rosemalk, Thomas Hugues apprend son éviction du 20 heures… par la presse !

À partir de ce moment-là, les relations qu’il entretient avec les dirigeants de TF1 deviennent tendues. Des relations qui tournent au vinaigre quand la chaîne décide, sans lui en parler alors qu’il est directeur des magazines d’information de la chaîne, d’offrir la co-présentation de Sept à Huit à Anne-Sophie Lapix, en remplacement de Laurence Ferrari.

C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase et Thomas Hugues décide lui-même de quitter la société. Mais il engage une procédure particulière : la prise d’acte de la rupture de contrat de travail, qui offre la possibilité à un employé de poursuivre une société qui manque à “ses obligations contractuelles .

Débouté une première fois devant les tribunaux, Thomas Hugues a fait appel. Qui lui a finalement donné raison. “En n’associant pas M. Hugues au choix de la coprésentatrice d’une émission dont il était responsable, TF1 a vidé de réalité les responsabilités confiées au directeur des magazines et ainsi porté atteinte à un élément essentiel de son contrat de travail , stipule la cour d’appel.

Des démarches juridiques pénibles qui lui ont cependant permis de toucher le jackpot !



© La Dernière Heure 2011