Le scénario pourrait faire l’objet d’un film tant il est improbable. Pourtant, parfois la réalité dépasse la fiction. Et cela semble être le cas de ce dossier judiciaire dans lequel est impliquée Jade Lagardère.

La jeune femme a comparu cette semaine devant le tribunal de Pontoise, dans le Val d’Oise, en France. Elle est soupçonnée d’être impliquée dans un trafic de permis de conduire. Les faits remontent à 2015. Le 21 novembre, Jade Lagardère, qui possède un permis de conduire belge, va passer l’examen pour avoir un document français, selon le site purepeople. Déjà alertés par une dénonciation évoquant des agissements irréguliers, les enquêteurs sont sur le qui-vive. Ils ont raison. Ce n’est pas Jade Lagardère qui se présente à l’examen mais une autre femme qui est cependant en possession du passeport de la femme d’Arnaud Lagardère.

La Belge aurait payé 15000 euros pour obtenir son permis ce jour-là. “15 000 euros ? Mais c’est énorme, c’est le prix d’une voiture”, a-t-elle fait remarquer lors de l’audience pendant laquelle elle a contesté être impliquée dans quoi que ce soit, comme elle l’avait déjà fait devant les policiers lors de son audition.

De bonne foi

En revanche, son garde du corps a lui plaidé coupable et dit avoir agi seul. Jade Lagardère n’aurait été au courant de rien. Il tout manigancé. Il aurait empoché 3 000 euros et aurait donné 12 000 euros au moniteur de l’auto-école. Ce sont des écoutes téléphoniques qui ont conduit la jeune femme à être soupçonnées par les enquêteurs. “C’est quoi cette histoire ? Vous allez finir par me mettre dans le pétrin”, avait-il dit à son garde du corps.

Même si Jade Lagardère n’a jamais bénéficié de ce permis acheté et l’a depuis passé en bonne et due forme, le procureur a requis contre elle une amende de 6000 euros. Une peine légère au regard de l'infraction, ce qui semble indiquer que la prévenue est jugée de bonne foi par le ministère public. Le jugement définitif doit encore être prononcé.