" Quand, en 2015, tout le monde a cru que je mourais, on m’a rapporté que ça l'avait bouleversé au point de dire à la personne qui vivait avec lui que j’étais la femme de sa vie", confie Françoise Hardy, dans les colonnes de Paris Match, au sujet de Jacques Dutronc avec qui elle s'est mariée puis séparée (mais jamais divorcée). Ça m’a profondément émue."

"Je n'ai pas peur de mourir"

Au delà de ses confessions sur Jacques Dutronc, la musicienne de 77 ans s'est épanchée sur ses maladies. A commencer par son cancer du pharynx. Privée de salive depuis trois ans par 45 séances de radiothérapie, j’ai en permanence des détresses respiratoires, des crises d’étouffement et de suffocation, détaille-t-elle, toujours dans Paris Match. Sans parler des hémorragies nasales interminables." Françoise Hardy assure toutefois ne pas avoir "peur de mourir.J’ai très peur de souffrir, concède-t-elle, par contre. D’autant plus que c’est déjà le cas, peur aussi de la souffrance de devoir me séparer des deux êtres que j’aime le plus au monde, Thomas et son père”.

"La France est inhumaine"

Je suis une partisane de l’euthanasie depuis très longtemps, soulignait, au Parisien en 2008, celle pour qui la souffrance physique est "irrémédiable et inutile". Et je suis scandalisée à chaque fois que des médecins ou de malheureux parents se trouvent dans des situations cauchemardesques à cause de l’inhumanité de l’administration et de la société. Ma mère est morte comme elle l’a voulu, quand elle l’a voulu”. Un choix de vie dont elle aimerait accéder mais qui est toujours interdit en France comme elle le rappelle dans Paris Match. “Quand mon état deviendra encore plus insupportable, je n’aurai, hélas, pas le soulagement de savoir que je peux me faire euthanasier. La France est inhumaine sur ce plan-là."

Ne plus chanter? "Ca ne me tourmente pas"

"Comme, grâce aux rayons et à une immunothérapie, je suis devenue sourde d’une oreille et j’ai la tête asséchée – gorge, nez bouche -, je ne pourrai jamais rechanter", conclut Françoise Hardy dans Paris Match. L’interprète de "Comment te dire adieu?" ne le vit pas mal pour autant. "Ça ne me tourmente pas, précise celle qui s'est aujourd'hui consacrée -notamment -à l'écriture de son livre "Chansons sur toi et nous" qui retrace les morceaux qu'elle a écrit en plus de 55 ans de carrière. J’ai écrit tellement de bons textes que mon petit filon est sans doute épuisé."