En revenant sur sa brouille avec Muriel Robin suite à sa blague jugée douteuse sur un viol, Jean-Marie Bigard charge sa consœur

“C’est une bonne femme qui exaspère son médecin, avait lancé comme vanne Jean-Marie dans Touche pas à mon poste en mars dernier. Elle vient trois fois par semaine, et il n’en peut plus […] ‘Je viens vous voir parce que j’ai une déchirure au bras’[…] Il l’attrape, il l’en**** […] et il lui dit ‘Ca c’est, une déchirure! Ce que vous avez, c’est une tendinite!’”

Suite à cette blague, le CSA avait ouvert une enquête et 49 dates de sa tournée avaient été annulées dans la foulée. De nombreuses personnes n’avaient pas apprécié cette plaisanterie… y compris l’humoriste et militante féministe Muriel Robin qui avait déclaré que l’humoriste devait être “puni pour son apologie de la violence”.

Une remarque qui avait profondément blessé Jean-Marie Bigard, qui la considérait comme une amie. “Mais Muriel, ce n’est pas toi, ce n’est pas mon amie de 33 ans qui dit ça ! Tu sais ce que je fais!” Selon Muriel Robin, par contre, ils n’ont jamais été proches. “Jean-Marie ment lorsqu’il dit que nous sommes amis. Nous avons débuté ensemble, nous nous sommes de ce fait beaucoup croisés et avions des amis communs mais je n’ai pas vu Jean-Marie depuis 1996, c’est-à-dire depuis 23 ans”.

“Je maintiens qu’on a eu trente ans d’amitié”

Invité sur LCI ce dimanche 21 juillet, Jean-Marie Bigard a tenu à revenir sur cette affaire qui a failli lui coûter son métier.

“Je ne m’attendais pas à me faire poignarder par ce que j’appelle une amie, ce qu’elle conteste”, a-t-il souligné.

“Moi, je maintiens qu’on a eu trente ans d’amitié. Ça a mis un terme évidemment un peu brutal à cette histoire”. Avant de conclure que “c’est incroyable que même Muriel Robin arrive à se faire happer par tous les gens qui sont les meneurs de la dictature de la bien-pensance.”