Après Patrick Sébastien, c’est au tour d’Elie Semoun de s’attirer les foudres de l’humoriste.

C’est une certitude, plus Jean-Marie Bigard fait mine de vouloir se présenter aux prochaines élections présidentielles françaises, moins il se fait des amis. Dans les cercles politiques, bien entendu. Mais aussi parmi les humoristes. Il y a fort à parier qu’Elie Semoun et lui ne dîneront pas ensemble avant un bon moment, le premier venant d’être remis à sa place sans ménagement par le second.

La semaine dernière, sur l’antenne d’Europe 1, Elie Semoun avait conseillé à Jean-Marie Bigard de ne pas se porter candidat, que les humoristes sont des bouffons et que chacun doit rester à sa place. L’intéressé lui a répondu sèchement via Facebook, avec tout le vocabulaire fleuri dont il est capable... "Le bouffon, de tout temps, est le mec qui, au milieu de la cour devant le roi, sort des choses que personne d’autre ne peut sortir , a-t-il commenté. S’il m’arrive malheur, si je me suis trop approché du feu, que je me suis brûlé les ailes, et que je décède, je voudrais que sur ma tombe on marque : ‘ci-gît un bouffon qui avait des couilles’", a-t-il tenu à préciser.

Fin mai, c’est Patrick Sébastien qui s’était attiré les foudres de Bigard après avoir commenté l’histoire du coup de fil passé par Emmanuel Macron à l’humoriste.