L'humoriste affirme qu'il a été "viré" d'une tournée estivale. L'organisateur rétorque qu'aucun document n'avait été signé.

"Vous y croyez ou pas??? Votre ami Bigard vient de se faire censurer pour une blague. Donc ça veut dire que je dois fermer ma gueule? C’est mal connaître l’animal". Sur les réseaux sociaux, Jean-Marie Bigard dénonce l'acharnement dont il fait l'objet depuis sa blague dans TPMP le mois dernier. L'humoriste affirme avoir été blacklisté pour la tournée estivale Nice-Matin dans laquelle il devait se produire. En tout, cela représente près de 50 dates. 

"Je suis détruit mes chers amis", dit-il dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. "Je viens de prendre un coup de bar à mine sur la tête. Je devais faire la tournée Nice-Matin cet été. 49 dates. C'était tout mon été de travail. Je viens d'apprendre il y a trois quarts d'heure que j'étais viré." 

Du coup, le coupable tout désigné se nomme Jean-Marc Pastorino, PDG de Nice-Matin et organisateur de l'événement. "Il a écouté trois abrutis qui ont été choqués par une blague que je raconte depuis trente ans à la télé et à la radio. Tout d'un coup, il me jette comme une merde de cette tournée. (...) Je n’irai pas à la guerre avec toi, j’aurais trop peur que tu me tires dans le dos." 

Le quotidien a été obligé de réagir aux accusations dans un article publié sur son site internet et affirme que rien n'était bouclé avec l'humoriste. "Jean-Marie Bigard a effectivement été approché, comme beaucoup d'autres artistes, dans le cadre de notre tournée estivale organisée dans les villages des Alpes-Maritimes et du Var. Aucun contrat, ni promesse n'ont été signés avec Jean-Marie Bigard. Seulement des discussions ont eu lieu. Le nom de l'artiste qui sera la tête d'affiche de ce spectacle gratuit et familial sera dévoilé très prochainement."