People C’est tout du moins ce que laisse entendre la rédactrice en chef du magazine qui a missionné le photographe agressé par la star et son compagnon.

Il faut bien l’avouer, tout ça jette un sacré froid sur la tendre et chaleureuse image qu’on a de Jenifer. La semaine dernière, la chanteuse a été entendue par la police à la suite d’une altercation avec un photographe. Enfin, pas vraiment un photographe quelconque, mais plutôt un paparazzi qui la pistait depuis un petit temps, elle et son supposé compagnon.

Un coup de sang plus tard et Jenifer se retrouvait donc au poste, pour coups et blessures. Une histoire montée de toutes pièces ? Une exagération des faits ? Au lendemain de la révélation de l’affaire, l’artiste répliquait sur son compte Instragram : "Tout va bien et je ne suis pas en garde à vue ! Cela va trop loin. C’est épuisant ces rats, leurs traques et leurs agressions permanentes."

Des propos qui ne laissaient aucun doute quant au grand amour qui unit Jenifer aux photographes de presse people. Peu lui jetteraient la pierre tant la belle brune fait l’objet, depuis une dizaine d’années - et sa révélation à la Star Ac’- de paparazzades très intrusives. Une première fois en 2008, alors accompagnée de Pascal Obispo, la chanteuse avait eu une altercation avec un de ces photographes.

Cette fois, c’aurait été trop loin. C’est tout du moins ce que laisse entendre la rédactrice en chef de l’agence photo qui aurait été mandatée par un magazine pour envoyer un paparazzi filer Jenifer et son compagnon. Dans les colonnes de L’Express et sous couvert d’anonymat (propos donc à prendre avec une grande précaution), la responsable de l’agence déplore la violence de l’incident : "Ils l’ont roué de coups. C’était d’une violence incroyable, c’était deux hystériques. Il a eu mal. Il n’était même pas en train de les photographier !" Toujours selon cette responsable de presse, le paparazzi se serait retrouvé "sacrément amoché" et avec 5 jours d’arrêt de travail.

Mais la violence des faits ne remettrait pas en cause quelques-unes des méthodes utilisées dans la presse people : "Oui, on viole la loi chaque jour, mais on reste dans le respect." La définition du mot respect n’est évidemment pas la même du côté des photographiés.