Depuis le déballage médiatique, on ne s’est jamais dit ce qui s’est vraiment passé au Palais Vivienne. C’est quelque chose qui l’a affecté, confesse Jérémy Bellet, mannequin et ami de Pierre-Jean Chalençon qui l’avait déjà défendu lorsque le collectionneur a été évincé d’Affaire conclue. Je l’ai appelé plusieurs fois pour savoir comment il allait. On a tous nos secrets, je ne suis pas là pour déballer quelque chose mais bien pour dénoncer le bashing (campagne de dénigrement, NdlR) et le harcèlement dont il est victime."

Actif dans la mode, réalisateur du film Le dernier souffle, avec Fiona Gélin, Jérémy Bellet connaît bien ce milieu des projecteurs et des paillettes "fait de jalousie" et se met à la place de son ami. "Pierre-Jean, même dans une situation compliquée, il va bien. Je suis admiratif, il garde le sourire et sa bonne humeur malgré tout. Il a la joie de vivre, il est gentil et s’exprime peut-être rapidement, sans réfléchir… Comme c’est une personne publique, ça part vite."

Ce n’est pas pour autant qu’il défendra l’indéfendable. "S’il a des torts, je comprends qu’il y ait une sanction. Mais je trouve indécent et inconcevable, alors qu’une enquête est en cours et qu’il est toujours présumé innocent, que les internautes aient fait des réseaux sociaux un tribunal qui le condamne déjà ! C’est insupportable ! Ce qui me choque, c’est lorsqu’il y a des personnes qui se prétendent être amis ou invités de Pierre-Jean alors que ce n’est nullement le cas." "Heureusement, dit-il, même traîné dans la boue du jour au lendemain, il a les épaules solides, beaucoup de force et de courage pour avancer. Il m’épate ! Il a l’habitude qu’on lui casse du sucre sur le dos."