Jean de Luxembourg (1921-2019), héros de la Seconde Guerre mondiale que l’on appelait en toute simplicité "Johnny Luxembourg", est décédé.

L’hospitalisation du grand-duc Jean, âgé de 98 ans, en raison d’une infection pulmonaire, a vite laissé entrevoir une issue fatale malgré une petite amélioration de sa santé. Néanmoins, le décès du grand-duc, qui a régné sur le Luxembourg de 1964 à 2000, a profondément bouleversé le pays où les hommages se sont multipliés la semaine passée.

Les liens avec la Belgique sont, quant à eux, en plus de voisinage, familiaux puisque Jean de Luxembourg a épousé en 1953 la princesse Joséphine-Charlotte de Belgique, sœur des rois Baudouin et Albert.

Comme le duc d’Edimbourg qui fêtera ses 98 ans en juin, Jean de Luxembourg a pris part activement à la Seconde Guerre mondiale. Ce qui fit dire au Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel : "Il a été, est et restera un symbole pour notre pays. Il a été un modèle pour nous tous. Il s’est battu pour défendre notre liberté et notre indépendance. Le grand-duc Jean fut un grand homme d’État et un héros".

Jean De Luxembourg s’engagea au sein de l’armée britannique et à 23 ans débarqua le 11 juin 1944 près de Bayeux. Il sert ensuite à l’État-major de la 32e Brigade de la Guards Armoured Division en Normandie et prend part à la bataille de Caen. Le 3 septembre 1944, Jean de Luxembourg, que ses collègues de régiment appellent Johnny Luxembourg, participe à la libération de Bruxelles. Une semaine plus tard, il rentre à Luxembourg aux côtés de son père, le prince Félix, mais, déjà, le 13 septembre, il rejoint son unité et est mobilisé près d’Arnhem aux Pays-Bas avant de prendre part aux combats de l’offensive de Rundstedt.

En janvier 1945, Jean de Luxembourg est toujours sur le front allemand et y reste avec les forces alliées jusqu’à la fin des hostilités. Il portait le grade de général honoraire de l’armée britannique, décerné par la reine Elizabeth II.

Toutes les personnes qui l’ont un jour côtoyé - que ce soit à l’armée, lors d’activités officielles au Luxembourg, dans le cadre de ses engagements caritatifs, etc. - sont unanimes. Le grand-duc Jean de Luxembourg était un homme affable, d’une extrême gentillesse et surtout d’une très grande simplicité.

En 2000, il abdique comme le fit auparavant sa mère la grande-duchesse Charlotte, en faveur de son fils le grand-duc Henri. Jean a alors 79 ans et aspire à se consacrer davantage à ses loisirs que sont la nature, la photographie et la musique. Mais la maladie de son épouse Joséphine-Charlotte ne permet pas de profiter d’une retraite paisible. À sa mort, en 2005, Jean de Luxembourg perd la compagne d’une vie. Certes, leur mariage n’avait rien d’un coup de foudre et fut arrangé par leurs familles respectives mais chacun avait réussi au fil des ans à trouver le meilleur chez l’autre. Le grand-duc Jean est resté jusqu’au bout le pater familias, le centre de la famille composée de cinq enfants, 22 petits-enfants et 15 arrière-petits-enfants, tous très unis. Ses apparitions étaient plus éparses au vu de sa santé et, surtout, de sa mobilité réduite mais chacune de ses sorties était toujours très chaleureuse avec la population.

L’été, il retrouvait les siens dans leur propriété de Cabasson à côté du Fort de Brégançon, résidence du président de la République française. Il avait gardé des liens amicaux avec l’épouse du président Georges Pompidou, comme avec la reine Elizabeth II ou Beatrix des Pays-Bas et forcément avec la famille royale belge. Baudouin, Fabiola, Albert, Paola, Jean et Joséphine Charlotte ont toujours entretenu des relations très proches, se retrouvant au Luxembourg, en Belgique, en France ou en Espagne.

La disparition du grand-duc Jean est un coup dur pour le roi Albert II qui perd son beau-frère. De cette joyeuse fratrie complétée au gré des mariages par trois conjoints, il ne reste plus que le roi lui-même et la reine Paola. Les funérailles du grand-duc auront lieu le samedi 4 mai 2019 à 11 h en la cathédrale de Luxembourg. De nombreux membres du gotha devraient être présents. Parmi eux sont déjà confirmés le roi Philippe, la reine Mathilde, le roi Albert et la reine Paola.