"Leur plan a marché." Engluée dans le scandale Juan Carlos, Corinna zu Sayn-Wittgenstein a donné une interview sous forme de règlement de compte à Paris Match. La buinesswoman d'origine danoise, maîtresse du roi émérite de 2004 à 2009, est revenue sur l'épisode du tristement célèbre safari au Botswana, en 2012, durant lequel leur liaison a été exposée au grand jour. "Une manipulation délibérée", affirme-t-elle dans les colonnes du magazine français.

"Cette campagne de fuites méticuleusement organisée, de désinformation, était un cauchemar. Ma réputation s'est effondrée du jour au lendemain, les médias me vilipendaient", y martèle Corinna Larsen qui suspecte le "premier cercle" de Juan Carlos d'avoir été à la manoeuvre d'un véritable coup d'état."J'avais été instrumentalisée et je pense maintenant que le récit de ce voyage était écrit avant même que nous atterrissions à Madrid. Mais, prise dans la tempête, je ne voyais pas tout cela", estime celle dont le manoir anglais intéresse aujourd'hui la justice suisse dans le cadre de l'enquête sur les malversations supposées en provenance d'Arabie saoudite. "Je suis devenue leur Wallis Simpson (l'épouse américaine rejetée du roi Edward VIII, NdlR), celle qui a déstabilisé la monarchie et le Roi, alors que le véritable mal venait de son premier cercle", glisse-t-elle, un brin énigmatique.