Karine Ferri, 10 ans après la mort de Grégory : "Devenir maman m’a rendue plus mature"

People

A.P.

Publié le - Mis à jour le

Launching of new TV chanel NRJ HITS
© REPORTERS / abaca
Après la mort de Grégory Lemarchal, Karine Ferri a continué son chemin de vie mais ne cesse de se battre contre la maladie qui l’a emporté il y a dix ans.

"4,9 millions d’euros ont été alloués à la recherche, 3,4 millions d’euros à la qualité de vie des patients et à la réhabilitation des services dans les hôpitaux et 700.000 euros à l’information sur la mucoviscidose et la sensibilisation au don d’organes", souligne Karine Ferri, en parlant des dons qui ont été reversés à l’association Grégory Lemarchal. Créée en 2007 suite à la disparition de Grégory Lemarchal, gagnant de la Star Academy saison 4 atteint de la mucoviscidose et ancien compagnon de Karine Ferri, cette association tente d’aider des patients atteints de la mucoviscidose et a améliorer la qualité de leur quotidien.

Ce samedi, l’animatrice vous donnera d’ailleurs rendez-vous sur TF1 en compagnie de Nikos Aliagas, des parents de Grégory Lemarchal et de plusieurs personnalités pour Grégory Lemarchal : 10 ans après, l’histoire continue, une émission hommage diffusée à partir du Zénith de Paris.

Karine, ce qu’il va se passer ce soir sur TF1 dans l’émission hommage à Grégory Lemarchal est exceptionnel…

"Oui, c’est la première fois qu’une telle chose sera créée, à savoir la maison de Grégory Lemarchal. C’est la première maison en France dédiée à l’accueil des jeunes qui souffrent de la mucoviscidose. C’est une idée qui vient de la famille de Grégory et qui a été réalisable grâce à l’argent venant de la générosité des gens. Cette maison est porteuse d’espoir…"

C’est important pour vous de continuer le combat contre la mucoviscidose ?

"Oui car Grégory voulait s’impliquer dans ça mais la vie en a décidé autrement. Il nous a demandé, à nous proches, de prendre le relais, ce qu’on fait depuis 2007 en étant soudés. On travaille ensemble pour essayer que cette maladie disparaisse. Pour le moment, on essaie en tout cas d’améliorer certaines choses, pour que ce soit moins difficile pour ceux qui en souffrent et pour que leur quotidien soit plus léger."

Quel message voudriez-vous faire passer aux téléspectateurs ce samedi soir ?

"Qu’il est important de se mobiliser avec les moyens qu’on a parce qu’on parle ici de la maladie mortelle la plus répandue en France. On peut tous être concernés demain. On ne sait pas quand on est porteur du chromosome de la mucoviscidose. Il faut donc rester vigilant. Si on a aimé l’artiste (Grégory, NdlR.) et qu’on a envie de donner un petit coup de pouce à l’association, on peut le faire. En mettant tous ne fût-ce qu’un euro pour l’association, on peut faire de belles choses."

Qu’est ce qui fait que les gens se soient tellement attachés à Grégory, selon vous ?

"Grégory était un homme d’une très grande sincérité. Il était solaire, rayonnant et avait une voix extrêmement rare. Il était d’ailleurs surnommé La voix de l’ange, ce qui est totalement vrai. Il avait des capacités vocales hors normes, ce qui était encore plus exceptionnel vu ce qu’il portait en lui, à savoir la mucoviscidose qui a touché ses poumons. Greg était un très grand artiste, c’est pour tout ça que les gens l’appréciaient. On réalise d’ailleurs cette émission pour montrer que le temps n’a pas d’emprise sur lui. Il reste un artiste extraordinaire."

Vous êtes devenue mère pour la première fois en avril dernier. Qu’est ce que l’arrivée du petit Maël a changé en vous ?

"Ça a complètement changé ma vie et ça m’a surtout apporté de la maturité et du recul. Être maman, c’est être beaucoup plus vulnérable. On ne vit plus comme avant. On pense à son enfant avant tout, on l’a toujours dans un coin de sa tête. C’est un amour indescriptible qui m’apporte aussi beaucoup d’apaisement. Plus rien n’est grave autour de moi. Tant que lui se porte bien, tout le reste est secondaire."

"Je ne viendrai pas en Belgique pour la tournée de Danse avec les stars"

Ces derniers mois, c’est pour sa participation à Danse avec les stars que Karine Ferri a énormément fait parler d’elle. Arrivée en quatrième position du classement final avec Yann Alrick Mortreuil, l’animatrice ne regrette d’ailleurs pas d’avoir foulé le parquet devant la France et la Belgique entières. "C’était une très belle aventure. J’ai dansé avec mon cœur. Alors oui, ce n’était pas toujours techniquement parfait, mais il y a eu une belle progression" , confie la jeune femme qui avoue avoir "gagné en assurance" grâce à l’émission. "Ça m’a permis de lâcher prise, de me montrer telle que je suis. Ça m’a enlevé certains doutes aussi."

Malheureusement pour les fans belges de Danse avec les stars, l’animatrice ne sera pas présente le 13 janvier prochain lors du passage de la bande sur la scène de Forest National. "J’aurais aimé mais mon planning ne me le permettait pas", regrette-t-elle.



A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info