Pour le grand public, c’est en mai 1984 que l’on découvre l’archiduc Lorenz d’Autriche-Este à l’occasion de ses fiançailles avec la princesse Astrid de Belgique lors d’une présentation à la presse dans les jardins du château du Belvédère.

L’archiduc peut se targuer d’une ascendance impériale et royale des plus prestigieuses. Né le 16 décembre 1955 à Boulogne-Billancourt, Lorenz, Otto, Carl, Amadeus, Thadeus, Maria, Pius, Andreas, Marco d’Aviano est le deuxième (et premier fils) des cinq enfants de l’archiduc Robert d’Autriche-Este et de la princesse Margherita de Savoie-Aoste.

Son père l’archiduc Robert (1915-1996) est le deuxième fils de l’empereur Charles et de l’impératrice Zita d’Autriche. Il connaît les dernières années de l’empire austro-hongrois depuis le Palais de la Hofburg à Vienne.

Sa mère la princesse Margherita (1930) est l’une des deux filles du prince Amedeo de Savoie, duc d’Aoste, vice-roi d’Ethiopie (1898-1942) et de la princesse Anne d’Orléans.

Il fait ses études en France (la famille vit un temps à Mulhouse) puis intègre le régiment des chasseurs alpins de l’armée autrichienne pour son service militaire. Il est diplômé en sciences économiques et sociales des universités de Saint-Gall et d’Innsbruck.

Le 22 septembre 1984, il épouse à Bruxelles la princesse Astrid de Belgique, fille du prince Albert de Liège et nièce du roi Baudouin. La cérémonie religieuse se déroule en l’église Notre-Dame du Sablon. Le couple s’installe ensuite à Bâle en Suisse où l’archiduc Lorenz travaille dans le secteur bancaire.

Son premier enfant Amedeo (1986), filleul du roi Philippe, est prénommé en mémoire de son grand-père le défunt duc d’Aoste. La famille s’agrandit avec Maria Laura (1986) et Joachim (1991). À chaque fois, la famille revient à Bruxelles pour les naissances.

La vie d’Astrid et de Lorenz va être bouleversée après l’abolition de la loi salique en 1991. Astrid qui n’avait pas de vie publique en Belgique, devient 3ème dans l’ordre de succession au trône après son père le prince de Liège et son frère le prince Philippe.

La famille s’établit quelques années rue de Bréderode à côté du Palais royal de Bruxelles avant de s’installer à la villa Schonenberg à côté du Stuyvenberg sur le domaine royal de Laeken.

En 1993, à la mort du roi Baudouin qui l’appréciait énormément, Astrid est deuxième dans l’ordre de succession. Du côté néerlandophone, on la verrait bien un jour succéder au roi Albert II.

Les enfants de Lorenz et Astrid sont scolarisés depuis l’école primaire au collège néerlandophone Sint Jan Berchmans. Luisa Maria et Laetitia Maria complètent la famille en 1995 et 2003.

En 1995, le roi Albert II titre son gendre prince de Belgique. Il accompagne son épouse lors des grands événements et lors de déplacements à l’étranger notamment dans le cadre des programmes de lutte contre les mines antipersonnel.

Polyglotte, cultivé, et cultivant une grande discrétion, le prince Lorenz demeure un grand inconnu dans l’opinion publique belge. À peine, l’a-t-on un peu entendu lors du mariage en 2014 à Rome de son fils aîné Amedeo, recevant à la bonne franquette (avec des grissins, charcuterie et huile d’olive) les journalistes belges qui avaient fait le déplacement.

L’Italie occupe une place chère au cœur de l’archiduc. La famille aime passer des vacances dans la région des Pouilles.

Lors d’interviews, la princesse Astrid n’a jamais caché que son époux était son véritable pilier. Ensemble, ils ont créé une famille très unie malgré la distance géographique entre eux et leurs enfants.

Lorenz de Belgique a continué à travailler en Belgique dans le secteur bancaire. Il est aussi à la tête d’une banque privée suisse où son fils Amedeo travaille depuis quelques années.

Membre de l’Ordre de la Toison d’Or, l’archiduc s’intéresse depuis toujours au patrimoine. Il est président d’honneur de l’Association royale des demeures historiques de Belgique et accorde son haut-patronage à Europae Thesauri qui œuvre pour la conservation des trésors dans les musées d’églises.

Père de cinq enfants, l’archiduc Lorenz d’Autriche-Este, prince de Belgique, est aussi grand-père à deux reprises avec Anna Astrid (2016) et Maximilian (2019), enfants du prince Amedeo et d’Elisabetta Rosboch von Wolkenstein, établis à Zurich.

On imagine que la pandémie actuelle a chamboulé les plans initiaux pour cet anniversaire rond, ce n’est peut-être pas pour déplaire à la discrétion légendaire du prince.