Depuis la diffusion le 21 mars dernier du documentaire de Marie Portolano Je ne suis pas une salope, Pierre Ménès est dans la tourmente. Entre nouveaux témoignages et sa mise à l'écart du jeu Fifa et du Canal Football Club, rien ne va plus pour "Pierrot". Pour rappel, il a été vivement critiqué pour avoir soulevé la jupe de Marie Portolano devant le public du CFC en 2016 avant, selon la journaliste, de lui attraper les fesses, et pour avoir embrassé de force à la télévision la journaliste Isabelle Moreau et la chroniqueuse Francesca Antoniotti.

"Il est très fatigué de la polémique stérile, invraisemblable et stupéfiante", a indiqué son avocat Me Arash Derambarsh lors d'un entretien accordé à Beur FM. Selon lui, le premier combat que tout le monde doit mener, c'est l'égalité et le respect de chacun. "Il faut faire la part des choses. Pierre Ménès a estimé qu’il y avait une disproportion entre les faits reprochés, le harcèlement subi et la grossophobie, les menaces de mort, et les injures qu’il a reçues. Ce n’est pas admissible et c’est condamnable."

Me Derambarsh précise également qu'il n'y a actuellement aucun chef d'accusation retenu à l'encontre du célèbre chroniqueur du Canal Football Club. "Marie Portolano, proche des faits, ce qu'elle dénonce, c'est le système. Isabelle Moreau et Fransesca Antoniotti n'ont pas déposé plainte. Il y a eu une plainte pour agression sexuelle d’une vendeuse d’un magasin Nike qui a abouti à un "simple rappel à la loi "."

Arash Derambarsh tente par la suite de trouver une explication à la déferlante subie par son client. "On lui tombe dessus car c'est un personnage clivant, qui clashe souvent. Il y a eu un regroupement de circonstance entre des personnes qui se détestent et on a tapé sur une proie facile, Pierre Ménès. Mais la réalité est là : l'affaire se dégonfle. Il n'y a rien. Aucune enquête pénale n'est ouverte."

L'avocat de Pierre Ménès souligne que le chroniqueur est quelqu'un de très humain, qui aime les autres et qui est incapable d'avoir une mauvaise intention. Et selon lui, Pierre Ménès reviendra bientôt à la télé car sans son chroniqueur phare, le CFC est un "peu triste". "Les gens aiment le détester, c'est un personnage singulier."

Ce que souhaitent Pierre Ménès et son avocat, c'est la rédemption. "C'est important dans notre société. Lorsqu'une personne a reconnu et présenté ses excuses, chacun aurait beaucoup à gagner d'accepter cette rédemption et de passer à autre chose, indique Me Derambarsh avant de conclure : Il n'a pas commis d'agression sexuelle, de viol ou d'inceste comme je le vois aujourd’hui dans la société actuelle. il y a beaucoup de bruit pour rien."