"Alors, ça fait du bien de sortir !" C'est par ces mots que Jodie Foster a parfaitement résumé l'ambiance de cette édition forcément spéciale du Festival de Cannes. Celle qui était venue pour recevoir une Palme d'Or d'honneur s'est exprimée dans un français parfait et en toute décontraction. L'héritage de son passage au lycée français de Los Angeles et d'une enfance biberonnée à la Nouvelle Vague, passion maternelle. Ce 6 juillet, la Croisette a été rythmée par d'autres anecdotes, toutes aussi savoureuses les unes que les autres.

Une ouverture décontractée à souhait

Cette soirée d'ouverture fut notamment marquée par la projection de Annette, le dernier film de Leos Carax. Fidèle à lui-même et sa nonchalance mythique, Adam Driver, qui y tient le premier rôle, a profité de la standing ovation pour s'allumer une cigarette comme si de rien était.

Partie intégrante du casting, la chanteuse belge Angèle a fait son retour le tapis rouge cannois avec classe en robe Chanel aux côtés de Marion Cotillard. Autre duo de choc remarqué ? Carla Bruni et le mannequin Bella Hadid que l'ancienne Première dame, venue en Celine, considère comme sa "fille cachée" tant elles ressemblent. Elles étaient visiblement très heureuses de se retrouver. 

Quand la soixantaine devient la nouvelle quarantaine

Le nom d'Andie MacDowell était également sur toutes les lèvres à Cannes. L'actrice de 63 ans, égérie L'Oréal, y a dévoilé une impressionnante chevelure poivre et sel qui a été saluée par la presse mode du monde entier pour son impact body positive. Membre du jury, Mylène Farmer, incendiaire en robe rouge John Galliano, est certainement la célébrité francophone qui a suscité le plus de réactions sur les réseaux sociaux. Et on comprend pourquoi.