Futur roi, Charles ne compte pas faire dans les sentiments. Le prince de Galles, qui sera amené à redéfinir la monarchie britannique au 21e siècle après sept décennies de règne d'Elizabeth II, effectue déjà des choix forts. Il vient en effet de s'assurer que le prince Andrew reste tapi dans l'ombre.

Retiré de la vie publique depuis l'explosion de l'affaire Jeffrey Epstein, le duc d'York vient de voir son frère le priver d'un deuxième patronage. D'abord remplacé à la tête du York Minster Fund qui s'occupe de lever des fonds pour sa restauration, Andrew se voit snober par le Royal Philharmonic Orchestra. "L’Orchestre philharmonique royal est honoré d’accueillir en tant que mécène le prince de Galles, un champion de longue date des arts dans ce pays", a-t-on annoncé par voie de communiqué à l'aube des 75 ans de l'institution. 

Le Prince de 61 ans, qui n'aurait toujours pas collaboré avec la justice américaine au sujet de ses liens privilégiés avec Ghislaine Maxwell et feu le milliardaire américain, voit ses espoirs de rédemption s'amenuiser.