L’interview accordée par Harry et Meghan à Oprah Winfrey n’a pas fini de faire couler de l’encre et de susciter des commentaires. Des ragots aussi. Parmi les propos qui ont secoué Buckigham Palace, il y avait les soupçons de racisme formulés à l’encontre de la duchesse de Sussex et d’Archie, le fils du couple. Depuis, la presse comme les observateurs de la couronne britanniques cherchent à savoir qui a bien pu avoir de telles pensées incompatibles avec le fait que la reine Elizabeth est aussi à la tête du Commonwealth.

Depuis 48 heures, les regards se portent sur la princesse Anne, 70 ans. Dans un podcast intitulé Chatting with Lady C, l’auteure britannique Lady Colin Campbell, surnommée Lady C, affirme que c’est la fille de la reine qui est à l’origine de la polémique et ce à son corps défendant. La princesse Anne aurait appréhendé le choc des cultures qu’allait représenter l’intégration de Meghan Markle au sein de la famille royale. “Meghan et Harry ont utilisé cette préoccupation authentique d’une tante aimante, qui est pragmatique, expérimentée, modeste, intelligente et sensible, explique Lady Colin Campbell dans son podcast. Harry s’est empressé de retrouver Meghan avec ces objections, Meghan en a fait des armes basées sur la couleur. Nous avons affaire à des gens qui font tout pour trouver une injure là où il n’en existe sans doute pas.”

Pour l’auteure britannique, responsable de nombreux ouvrages sur la monarchie et ses figures contemporaines et qui se range clairement du côté de la couronne, “personne n’est coupable en termes de racisme. Mais la princesse Anne était la championne pour dire ‘n’épouse pas cette fille, elle ne convient pas. Elle n’est pas la bonne pour le pays, pour le job’. Eh bien, cela s’est avéré être vrai.”

Qu’importe qu'il s'agisse d'un malentendu ou d'une manipulation, le mal est fait. Il avait obligé la reine Elizabeth à sortir de sa légendaire réserve. À travers un communiqué savamment formulé, elle a tenté de remettre de l’ordre parmi les siens et vis-à-vis de l’extérieur. “Les questions soulevées, en particulier celles liées à la race, sont préoccupantes. Bien que certains souvenirs puissent varier, elles sont prises très au sérieux et seront traitées par la famille en privé. Harry, Meghan et Archie seront toujours des membres très aimés de la famille.”