Stéphane Bern a donné son point de vue sur le discours de la Reine dans les colonnes du Figaro.

À 93 ans dont 68 années de règne, c’est seulement la quatrième fois qu’Elizabeth II s’adressait à ses sujets. Ce dimanche 5 avril, 22 millions d’entre eux étaient devant leur télévision pour écouter religieusement leur Reine. Stéphane Bern a livré ses impressions sur cet événement, marquant tant sur le fond que sur la forme, et résumé en un mot : humilité.

Rassurante et touchante

"Je l’ai trouvée très élégante. Elle se met en retrait, contrairement aux hommes et femmes politiques. Dès la deuxième partie de son discours, elle remercie le National Health Service, les travailleurs, ceux qui restent à la maison. Et valorise les valeurs britanniques que sont la détermination, la bienveillance et la camaraderie", estime l’animateur pour Le Figaro. Un discours historique pour les Britanniques, certes, mais qui a également traversé les frontières jusque chez nous. Il y a une raison. "C’est une figure emblématique. Quand on dit ‘la Reine’, on pense tout de suite à ‘la reine d’Angleterre’. C’est une sorte de ‘mater dolorosa’, l’âme de la nation", poursuit-il.

La presse britannique a également salué la prise de parole d’Elizabeth II en plein coronavirus. Pour le Sun, "il n’y a personne de plus rassurant pour rallier le pays à un moment aussi inédit." Pour The Express, "elle a fait un appel sincère et touchant à la nation et au Commonwealth" quand le Daily Mail a trouvé le discours "touchant."