Alors que la scandaleuse affaire Epstein est toujours nimbée de mystère, voilà un livre qui va faire jaser. Dans Sex, Lies and Dirty Money by the World's Powerful Elite, le journaliste d'investigation québécois Ian Halperin offre un nouvel éclairage à la vie sexuelle controversée du prince Andrew, accusé de viol par l'Américaine Virginia Roberts Giuffre.

Après avoir contacté une douzaine de conquêtes du fils d'Elizabeth II, l'auteur avance que "la plupart des femmes ont dépeint Andrew comme un parfait gentleman et que c'était consensuel". "Une femme m'a confié qu'il était un amant audacieux : il n'avait pas de limites dans la chambre à coucher. Elle m'a dit 'Andrew me faisait monter au septième ciel", mais elle était déçue, car il n'a plus donné signe de vie par la suite", lit-on dans des propos rapportés par Page Six.  

Selon Ian Halperin, l'"addiction au sexe" du prince Andrew découlerait de son statut d'éternel second face à Charles, l'aîné. "Cela l'a poussé vers son mode de vie de playboy. Il ne recevait pas assez d'attention et mettre ces femmes magnifiques dans son lit le faisait sentir spécial", estime-t-il. Le journaliste a expliqué qu'il n'avait pas trouvé d'éléments permettant de prouver que le Duc d'York, réputé proche de Jeffrey Epstein, avait eu es relations avec des mineurs. La justice américaine, elle, aimerait toujours pouvoir l'interroger sur ses liens avec le milliardaire.