Laura Smet et David Hallyday réclament au civil le gel d'une partie des royalties issus de la vente d'albums de leur père, dont le dernier qui vient de dépasser le million d'exemplaires écoulés, a-t-on appris mardi auprès de l'avocat de Mme Smet. 

"C'est une assignation dirigée contre les maisons de disques", a précisé à l'AFP Me Emmanuel Ravanas, confirmant une information de BFMTV. Il s'agit là du nouvel épisode de la guerre entre les deux aînés de la star et sa veuve autour de la succession.

Les trois maisons de disques concernées sont Universal, Sony et Warner, qui a lancé fin octobre l'album posthume "Mon pays, c'est l'amour", le 51e de l'artiste décédé en décembre dernier à l'âge de 74 ans. Trois semaines après sa sortie, cet album a franchi la barre du million d'exemplaires vendus.

Selon BFMTV, le tribunal de Paris doit se prononcer le 27 novembre sur cette requête, consistant à demander le gel de 75% des revenus liés aux ventes de disques versés à Johnny Hallyday de son vivant, et désormais à sa veuve, Laeticia.