People

L'accouchement ne devrait plus tarder...


Il n'est certainement pas né ! En effet, le prince Harry est apparu souriant et détendu à l'arrivée du marathon de Londres, ce dimanche 28 avril. Ce qui signifie très certainement que Meghan n'a pas accouché ce week-end, dimanche étant la date prévue (d'après les calculs des médias britanniques).

© Reporters

Il sera binational et métisse. « Bébé Sussex » sera en effet citoyen britannique et américain. Une double nationalité qui intéresse particulièrement le fisc de l'autre côté de l'Atlantique… Né d'une femme noire fière de ses racines et d'un père blanc, le nouveau-né sera le premier métisse de la famille royal britannique. Historique.

Doria Ragland, Meghan et Harry.
Doria Ragland, Meghan et Harry. © REPORTERS

Sa maman va accoucher dans la plus grande intimité. Contrairement à Diana et Kate, l'accouchement n'aura pas lieu à la fameuse Lindo Wing de St Mary's Hospital, mais à Frogmore Cottage. Comme Meghan Markle, Elizabeth II n'a pas mis au monde à l'hôpital, mais à Clarence House et Buckingham Palace.

Frogmore Cottage, à Windsor.
Frogmore Cottage, à Windsor. © REPORTERS

Il n'y aura pas de crieur public pour annoncer sa venue. Habituellement, un homme vêtu d'un costume traditionnel, et muni d'une cloche et d'un parchemin annonce la naissance des royal babies à Londres. Une coutume d'un autre temps. Cette fois, c'est plutôt du côté d'Instagram qu'il faudra garder un œil.

Le "Town Crier" annonçant la naissance de la princesse Charlotte.
Le "Town Crier" annonçant la naissance de la princesse Charlotte. © REPORTERS

Il ne verra pas son grand-père maternel de sitôt. Si Doria Ragland est à Londres depuis le 16 avril dernier, Thomas Markle, le père de Meghan, est persona non grata comme ce fut le cas pour le mariage de sa fille le 19 mai dernier.

Le père de Meghan a, entre autres, envoyé une lettre privée de sa fille à la presse.
Le père de Meghan a, entre autres, envoyé une lettre privée de sa fille à la presse. © REPORTERS

Son titre dépend… d'Elizabeth II. Selon le protocole mis en place par le roi George V au début du XXe siècle, le bébé ne devrait être ni prince, ni princesse. Cependant, Elizabeth II a le pouvoir de changer la donne comme elle l'a fait pour George, Charlotte et Louis, les enfants de Kate et William. Si elle n'intervient pas de manière officielle, il pourrait être comte de Dumbarton (c'est l'un des titres du prince Harry) si c'est un garçon, ou bien Lady Mounbatten-Windsor si c'est une fille.

Elizabeth II et la duchesse de Sussex entretiennent de bonnes relations.
Elizabeth II et la duchesse de Sussex entretiennent de bonnes relations. © REPORTERS

Son parrain et sa marraine risquent d'être célèbres. Bébé royal oblige, la liste est longue et prestigieuse. Selon les bookmakers, c'est Jessica Mulroney, la meilleure amie de Meghan, et son mari Ben – c'est le fils de l'ancien Premier ministre du Canada Brian Mulroney – qui tiennent la corde. Autre prétendante de choix ? Serena Williams. Pour rappel, c'est la tenniswoman qui a organisé et payé la « baby shower » de Meghan à New York. George et Amal Clooney, ainsi que la princesse Eugenie et son mari Jack Brooksbank ont aussi été évoqués.

Jessica Mulroney lors du mariage de Meghan et Harry le 19 mai 2018.
Jessica Mulroney lors du mariage de Meghan et Harry le 19 mai 2018. © REPORTERS

Il aura une nounou pas comme les autres. Meghan Markle a brisé le protocole en annonçant qu'elle souhaitait s'offrir les services d'une Américaine. Une manière de mieux l'intégrer à la famille et de ne pas la considérer comme une "simple employée".

Habituellement, les nounous de la famille royale sont britanniques.
Habituellement, les nounous de la famille royale sont britanniques. © REPORTERS

Il pourrait grandir en Afrique. Meghan Markle et le prince Harry envisagent de déménager sur le continent entre 6 mois et un an dès 2020. Le but : y réaliser des missions caritatives. Et fuir les prétendues tensions au sein de la famille royale britannique ?

Harry lors d'une mission en Afrique du Sud en 2015.
Harry lors d'une mission en Afrique du Sud en 2015. © REPORTERS